Service Presse,  SF

Sommeil Aboli ♦ La cité aux rêves interdits

« vous avez ici bien plus qu’une collection de livres. Un patchwork admirable de sens et de fictions s’étalant autant dans le temps que dans l’espace »

 

Titre : Sommeil Aboli – La cité aux rêves interdits

Auteur : Christophe Mogentale

Édition : auto-édité

Genre : SF

4/5

 

 

 


Synopsis

Après la catastrophe de Chanoo, capitale d’un pays plongé dans la guerre civile, trois hommes s’allient dans la volonté de créer un monde meilleur. C’est ainsi que l »enclave de Machia voit le jour. Sa spécificité ? le Sommeil Aboli, une pilule obligatoire qui neutralise votre besoin de sommeil. Le temps vous appartient désormais, mais plus celui de rêver. Considéré comme un loisir illégal, ce que l’on appelle dorénavant les drims, est devenu une nouvelle drogue.

Premier précepte des Drimeurs : Ne jamais consommer ses propres rêves

Arty Halfidre est un drimeur. Bravant les règles du Sommeil Aboli, il vend ses propres rêves. Travaillant entre Machia et les extérieurs, il se retrouve impliqué malgré lui dans les complots qui visent la cité. En effet, certains de ces drims semblent produire des effets étonnants sur ceux qui les consomment. Au fil du temps, Arty commence à douter. Qui l’utilise afin de nuire ? Machia ressemble-t-elle vraiment à la cité de liberté que son père avait imaginée ? En qui peut-il avoir vraiment confiance et où se cache la vérité ?


Mon Avis
Sommeil Aboli est un curieux roman où passé et présent se rencontre avec des allures de villes futuristes.
J’ai beaucoup aimé ma lecture, on rentre très facilement dans l’intrigue et l’aventure est intéressante. 
Je n’ai que deux petits points négatif à donner à ce roman, le premier, c’est l’apparition de lettre lors du récit qui, personnellement, m’a un peu freiné dans ma lecture parce que je ne m’y attendais pas.
Le second point est l’utilisation du prénom et du nom du protagoniste lors de plusieurs scènes. À des moments, je me suis demandé qui était Halfidre par exemple, mais je pense que le but de l’auteur était sans doute d’éviter une répétition du prénom Arty.
Hormis c’est deux points, j’ai passé un très bon moment. 
J’ai beaucoup aimé l’univers décrit dans le roman, curieusement, j’ai eu du mal à imaginer une ville totalement futuriste, pour moi, il y avait toujours un rappel avec le passé. Cette rencontre temporelle est encore plus présente lorsque le héros se rend dans un ancien hôpital et qu’il nous décrit l’état des lieux. Il passe du présent (ville de Machia) pour se rendre dans le passé (hôpital abandonné).
L’une des choses qui m’intriguait le plus dans ce roman, ce sont les drims. J’ai adoré les retrouver au début de chaque chapitre, ils nous sont présentés d’une manière très poétique et artistique, limite romanesque. Ce que j’aime particulièrement, c’est la manière dont ils évoluent. 
Au début du récit, il s’agissait uniquement de rêves enregistrés de la part de Arty, mais petit à petit, on se rend compte que les drims deviennent de véritables rêves, avec les peurs, les désirs et les intérêts du personnage principal. 
Ce sont ces rêves et leur évolution qui font la force de ce récit. 
Le roman est très bien écrit, l’histoire est émouvante et les retournements de situation sont au rendez-vous !
Je pense qu’il y a un vrai message de la part de l’auteur : sans rêve, il n’y a pas de vie. 

L’auteur & le livre

Facebook : https://www.facebook.com/christophemogentaleauteur

Blog : https://cmogentale.wordpress.com/

Amazon : https://amzn.to/2I9HOUa


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eget facilisis in libero at venenatis,