Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller

Hannibal, tome 1 : Dragon Rouge

« Il pouvait voir l’empreinte d’un visage quand l’éclair illuminait la rue. Un front et un nez, une bouche et un menton, un visage percé de larmes de pluie. Un visage sans yeux, un visage de pluie« 

 

Titre : Hannibal, tome 1 : Dragon Rouge

Auteur : Thomas Harris

Edition : Albin Michel

Genre : Thriller/Epouvante-horreur

5/5

 

 

 

 


Synopsis

À un mois d’intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l’une à Birmingham, l’autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé « le Dragon rouge ». Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d’un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur. Il constate qu’il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage.


Mon Avis
Hannibal Lecter est un personnage qui m’a fasciné lorsque j’étais plus jeune. La première fois que j’ai vu le film Dragon Rouge je devais avoir 13 ans je pense. J’ai aimé l’histoire, mais elle m’a dégoutée. Vous savez c’est comme ces choses qui vous fascinent parce qu’elles sont horribles, elles vous dégoûtent, vous font peur. Pourtant, vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder, de les observer.  
Hannibal Lecter, c’est ma lecture coupable, j’aime le personnage pour sa monstruosité et sa complexité, mais s’il se trouvait en face de moi je ne ferais pas la fière.
Dans ce roman notre cher docteur Lecter n’est pas le sujet principal, non, le monstre de ce premier tome à une tout autre dimension. Il se nomme le dragon rouge, un être complexe et tyrannique, habitant au sein d’un homme prisonnier de son passé.
Ce premier tome nous permet de comprendre la plume de Thomas Harris, d’en comprendre tout l’étendue et la complexité. Ce n’est pas chose aisé de présenté l’horreur de l’âme humaine, mais Harris y est arrivé. 
La plume de Thomas Harris à une subtilité, une poésie pour décrire le macabre, qui ajoute une touche artistique à l’horreur du roman.
Ce livre m’a donné des sueurs froides et je ne pouvais pas le lire le soir avant de dormir, mais j’ai aimé ma lecture autant qu’elle m’a dégoûté. 
Le tome 3 et 4 m’attendent sagement dans ma pile à lire et je me ferais une joie de les ouvrir dès que le tome 2 sera entre mes mains. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ante. libero vulputate, ut risus. sit massa ipsum