Bit-Lit

Charley Davidson, tome 1 : Première tombe sur la droite

« Il ne faut jamais frapper à la porte de la Mort. Sonnez, puis barrez-vous en courant. Il déteste ça »

 

Titre : Première tombe sur la droite

Auteur : Darynda Jones

Édition : Milady

Genre : Bit-lit

5/5

 

 

 


Synopsis

Charley Davidson est détective privée et faucheuse. Son boulot consiste à convaincre les morts « d’aller vers la lumière ». Mais ce n’est pas toujours si simple : parfois Charley doit les aider à accomplir quelque chose avant qu’ils acceptent de s’en aller, comme retrouver l’assassin de ces trois avocats.

Ce qui ne serait pas un problème si Charley ne passait pas son temps à faire des rêves érotiques provoqués par une entité qui la suit depuis toujours…

Or, il se pourrait que l’homme de ses rêves ne soit pas mort. Il pourrait même être tout à fait autre chose…


Mon Avis

Une super relecture !

J’ai adoré reprendre cette saga dans le cadre d’une lecture commune sur mon groupe. Je l’avais commencé au lycée et m’étais arrêté au tome 4 ou 5 pour je ne sais quelle raison.

L’un des aspects les plus intéressant de ce roman, c’est qu’on nous parle d’une faucheuse qui est une créature fantastique très peu utilisé en littérature. Je pense que ce qui fait la popularité de cette saga, c’est le fait de nous présenter un personnage principal qui incarne la Mort est très innovant et change de ce qu’on a l’habitude de rencontrer.

Qui dit la Mort, dit défunts et pour ce côté-là l’auteur à fait fort. Au cours du récit, on a une relation qui s’installe avec les défunts si bien qu’ils deviennent des personnages de l’histoire.

Charley est la seule capable de toucher et d’entendre les morts autour d’elle, ce qui mène parfois à des situations plutôt cocasses.

Les personnages sont tous très bien construits, nous avons deux clans bien distincts. Ceux qui croient Charley et ceux qui la prenne pour une cinglée. J’ai particulièrement aimé Cookie, Ange et Bob.

J’ai trouvé intéressant que l’auteur choisisse de nous montrer la nécessité des défunts de laisser un dernier message. Darynda Jones à beaucoup joué sur la vision du bien et du mal dans son récit.

On trouve aussi beaucoup d’humour dans cette saga, de l’humour noir et de la dérision, ce sont des éléments essentiels au récit.

Je terminerais en vous parlant d’un point qui m’a beaucoup émue dans le récit, c’est la solitude de Charley. Depuis sa naissance celle-ci à dû apprendre à contrôler son don et surtout à le comprendre.

Constamment rejetée par les autres, leurs attitudes négatives envers elle est devenue quelque chose d’habituelle. J’adore pouvoir retrouver ce genre de fragilité dans des personnages dure à cuire.

Je vous conseille vivement cette saga, on peut dire que c’est un des « classiques » de la Bit-lit.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

felis efficitur. vulputate, venenatis, adipiscing risus accumsan dolor. sit eleifend luctus