• Contemporain,  Service Presse

    Toupie(s)

     

    Titre : Toupie(s)

    Auteur : Gladys Couturier

    Édition : Auto édité

    Genre : Contemporain

    3/5

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Simon, mon Simon,
    Quel âge auras-tu lorsque tu trouveras cette enveloppe et liras ces quelques mots ? Sans doute, seras-tu un homme déjà. Pourtant je suis sûre que tu auras commencé par faire tourner la toupie. Parce que tu as retrouvé la toupie de ta soeur.

    Pour payer la maison de retraite de son grand-père, Simon se résout à vendre la maison familiale. Alors qu’il fait l’inventaire des meubles et des objets à garder ou à vendre, les souvenirs resurgissent, et dans leur sillage la toupie de sa sœur Alice, disparue enfant.
    Quand s’estompent les contours entre le passé et le futur, entre la vie et la mort, il est temps d’affronter les ombres et les silences de l’enfance.
    Malgré la peur, malgré les doutes, Simon remonte le fil de l’histoire familiale. Accompagné de son grand-père qu’il voit vieillir à contrecœur et de Natacha qui fait battre son cœur, réussira-t-il à garder l’équilibre ?

    Un roman qui interroge les frontières du visible-invisible, et bouscule en douceur nos certitudes.


    Mon Avis

    Le résumé de l’histoire m’avait beaucoup interpellé et j’étais intrigué de lire un roman qui sortait totalement de ma zone de confort. Ce fut une lecture surprenante et déstabilisante.

    Dès les premières pages de Toupie(s) une atmosphère très particulière se met en place. On a l’impression que le personnage principal évolue dans une autre dimension, quelque chose d’irréel et d’inatteignable.

    L’auteur vient équilibrer le récit en nous parlant de sujets plus concrets comme la vieillesse, la perte d’un proche ou la mort. Tous ces éléments à caractère sensible et dure vont venir contrebalancer cette étrange atmosphère mise en place. Tous est si bien dosé qu’on a une impression de fragilité, un peu comme une toupie en fait. L’équilibre est là, mais à tout moment le cadre peut basculer dans quelque chose d’irréel.

    C’est un point très fort du récit qui peut être un peu risqué, car il vient déstabiliser le lecteur. Je sais que certains aiment être un peu chamboulé dans leurs lectures, mais ce n’est pas mon cas. Je n’ai pas apprécié cet aspect du roman, mas j’ai tout de même aimé ma lecture.

    Les personnages sont bien construits et l’histoire est bien organisée. Le fil conducteur est présent et j’ai adoré la symbolique de la toupie. L’intrigue est très intéressante et elle vient facilement happer l’attention du lecteur.

    Le roman joue sur plusieurs émotions, la tristesse, la joie, le rire, l’espoir, la nostalgie, etc… . Peu importe le degré de sensibilité du lecteur, l’histoire va forcément le toucher à un moment donné. Beaucoup de sujets sensible et fort sont abordés, ce qui enrichit la lecture, mais l’alourdit un peu à cause de la dureté de certains sujets mis en avant.

    J’ai trouvé que Toupie(s) est une histoire touchante et déstabilisante. Je n’ai jamais lu un livre qui s’en rapproche et je ne pense pas que je retenterai l’expérience. Je suis contente d’être sortie de ma zone de confort et d’avoir découvert ce roman qui me laisse une sensation un peu étrange d’après-lecture.

    Si vous aimez les romans à caractère sensible, dramatique, mais avec des touches d’humour et de bonne humeur alors vous allez apprécier ce roman. Toupie(s) est un roman surprenant qui vient happer le lecteur pour l’emmener dans un tourbillon d’émotions.


    L’auteur & le livre

    Facebook

    Le roman

    Instagram


     

  • Aventure,  Fantastique,  Fantasy,  Service Presse

    Les chroniques du dôme, tome 1 : Croire

    « Regardez. Regardez du coin de l’oeil.

    Ne les voyez vous pas !

    Ecoutez. Ecoutez les murmures.

    Ne les entendez vous pas !

    Pensez. Pensez à ce qui devrait, non à ce qui ne devrait pas être.

    Et pourquoi pas !

    Courez. Courez en sens inverse.

    Soyez libre !

    Ouvrez. Ouvrez vous à la vie.

    Le sentez-vous ce sourire se dessiner sur vos lèvres ? »

     

     

     

    Titre : Croire

    Auteur : Guideror

    Édition : Auto-édité

    Genre : Fantastique/Fantasy

    4/5


    Synopsis

    Ted est journaliste pour un magazine. Il est envoyé pour réaliser un reportage sur la Laponie. Lui qui n’aime pas le froid, il est servi. Son reportage le guide vers un étrange endroit. Un lieu ou il y aurait d’étranges phénomènes, dont des disparitions à des époques différentes. Ted va vivre une expérience incroyable, et qui chamboulera à tout jamais sa vie.
    Piégé derrière un mur invisible, il va se retrouver coincé dans un enfer blanc. Par chance, il va être sauvé par une jeune femme. A son réveil, il découvre un endroit magique tout droit sorti des mythes et légendes. Il fait la connaissance de Kerry le grand ordonnanceur. Un lutin, qui semble bien loin de l’image que Ted s’en faisait. Il apprend par celui-ci, que lui et tous les habitants se trouvent coincés sous un dôme immense sans aucun moyen de sortir. En effet, la seule personne sachant comment sortir du dôme a été kidnappé, il y a des siècles de cela. Il a porté bien des noms à travers l’histoire, mais dans le dôme tout le monde l’appelle « le seigneur de l’hivers ». La fille de celui-ci va chargé Ted de trouver le moyen de s’enfuir du dôme. Il va accepter la tâche qui lui est confié. Mais comment réussir lorsque tous les habitants du dôme ont déjà cherché la solution? Il va se découvrir lui-même et lier des amitiés avec des êtres magiques, telle que des nymphes, des centaures et des faunes. Si Ted réussit, une question se pose à lui, doit-il repartir vers son ancienne vie?
    Son enquête va l’amener à remuer des souvenirs enfouis, à montrer le visage de certaines personnes. Et de démontrer que les apparences sont parfois trompeuses;
    Sous le dôme, Ted va amener les gens à croire à nouveau, en eux, en la magie. A croire en l’impossible. Car s’il arrive à sortir du dôme, qui l’aidera à sauver le seigneur de l’hiver, celui que nous appelons aujourd’hui, le père noel.


    Mon Avis

    Pourquoi n’ai-je pas lu ce livre plus tôt ?

    C’est une lecture idéale pour l’hiver, surtout quand il fait froid et pendant les fêtes de noël.

    Vous vous en doutez, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Ma seule déception est d’avoir attendu que le challenge cold winter soit fini pour le lire. Dans ce roman, nous suivons Ted, journaliste aventureux et très curieux.

    Le fait que le personnage principal soit un homme m’a beaucoup plus, car je ne lis pas beaucoup de romans qui ont un héros masculin.

    Dès le début du roman, on sent que l’histoire est bien organisée, ce qui fait plaisir. Un cadre est tout de suite établi et l’intrigue est très facile à suivre. Le rythme du roman est, d’ailleurs, assez soutenu pas non plus trop rapide, mais on peut facilement lire ce roman d’une traite.

    Toujours pour l’écriture, j’ai trouvé qu’à certains moments de la lecture, ont pouvait « sentir » que le scénario était détaillé, mais il est possible que ce soit à cause de mes études de lettres que j’ai réussi à le percevoir donc pas d’inquiétude pour les lecteurs. Malgré cette prévisibilité du scénario, l’histoire réserve beaucoup de surprises et de rebondissements très agréable au fil de la lecture.

    L’un des points forts de ce roman est le monde que l’auteur à réussi à crée dans son roman. L’intérieur du dôme nous présente une nouvelle civilisation, peuplée de créatures fantastique sorties des légendes urbaines et des histoires pour enfants. Il y a d’ailleurs un travail important de la part de l’auteur sur les mythes et les créatures qui nous sont présentées sous ce dôme.

    Ce roman peut justement être considéré comme un huit-clos vus le nombre de temps que le personnage principal passe à l’intérieur du dôme. Un autre point particulièrement intéressant, c’est qu’au moment où le personnage se retrouve bloqué sous ce domaine, une atmosphère bien précise s’installe dans la lecture. J’ai vraiment eu la sensation d’être dans un cocon bien douillet et confortable pendant que Ted était à l’intérieur de ce dôme. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je regrette de ne pas l’avoir lu pendant noël.

    Ce roman à quelque chose de magique et de féérique, en plus de nous présenter beaucoup de créatures, nous avons aussi des références au monde de la magie et à harry potter.

    Pour finir, Les chroniques du dôme a vraiment été une lecture agréable, chaleureuse. J’ai passé un bon moment très cosy, emprunt de magie et de féérie.

    Je vous recommande chaudement ce roman si vous aimez la fantasy et le fantastique et particulièrement si vous cherchez un livre à lire pendant l’hiver.


    L’auteur & le livre

    Facebook

    Le roman

  • Service Presse

    Mes Partenariats

    Bonjour tout le monde, pour 2020 j’ai eu envie de m’investir davantage dans les services presses et de commencer des partenariats avec des auteurs et des éditeurs.

    Dans cet article, vous retrouvez tous les auteurs et les maisons d’éditions avec qui je suis en partenariat.


    • India Lorenzin

    Partenariat sur sa saga fantastique Maya Tales.

    Je commence le 1er tome ce mois-ci, je vous tient au courant !


    En effet, pour cette année je fais parti du jury lecteurs de Librinova ! J’ai vraiment hâte de m’y mettre surtout que l’équipe nous propose aussi des livres à découvrir en dehors du programme !


     

     

      –  Guideror

    Auteur auto édité de romans fantastiques.

    Suite à ma chronique de son premier roman Les chroniques du dôme, tome 1 : Croire, nous avons décidé de commencer un partenariat ! Je suis heureuse de commencer cette nouvelle aventure et de pouvoir aider cet auteur à se faire connaître davantage 🙂

     

     

     

     


    Si vous êtes auteurs ou éditeurs et que vous cherchez une collaboration honnête, amicale et axée sur le partage, n’hésitez pas à m’envoyer un mail à EliseinaBook@outlook.fr ! Ça me fait toujours plaisir de pouvoir aider des auteurs à se faire connaître 🙂

     

  • Policier/Thriller,  Service Presse

    Avides

     

    Titre: Avides

    Auteur : Tom Clearlake

    Édition : Moonlight

    Genre : Thriller

    4/5

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Paris. Au fond d’une cave d’un immeuble de Belleville, douze corps sont retrouvés morts, exsangues.
    Le 36 est sur la brèche. Ces faits rappellent à la capitaine Julie Delorme sa première scène de crime, treize ans plus tôt, celle d’un enfant apparemment atteint de démence qui avait tué ses parents pour se nourrir de leur sang. Convaincue qu’il existe un lien entre les deux affaires, Julie va affronter son plus vieux démon et se lancer dans une enquête à haut risque.


    Mon Avis

    J’ai adoré ma lecture ! Jusqu’ici, c’est le roman que je préfère de cet auteur 🙂

    Rien qu’en lisant le prologue, j’étais conquise. Celui-ci nous met tout de suite dans l’ambiance en plus de marquer les fondations de l’histoire.

    On se retrouve dans une intrigue très particulière qui va se révéler beaucoup plus spirituelle que prévu. La plume de l’auteur est toujours aussi fluide et entraînante, il ne nous laisse aucun moment de répit ! Dès que l’histoire commence, on se retrouve happé par le fil conducteur et le suspens de l’enquête. Très facile à comprendre, le récit peut parfois être très chargé en explications et en détails, mais cela ne freine pas la lecture ce qui est très plaisant.

    En plus du thriller glaçant, on retrouve dans ce roman une certaine « douceur » avec le capitaine Delorme. C’est en tout cas l’impression que ce personnage me laisse. L’action et la passion sont aussi au rendez-vous, mais rassurez-vous, la romance ne prend pas le pas sur l’aspect judiciaire de l’histoire.

    On a d’ailleurs un énorme travail de la part de l’auteur sur les procédures policières, le fonctionnement et l’ambiance qu’on peut retrouver au sein d’un commissariat. Nous avions déjà eu un aperçu de ses recherches avec Tréfonds.

    Avides reprends beaucoup de principes moraux assez forts, comme la justice, l’innocence, la volonté ou encore le désir.

    Au début du récit, j’ai eu peur d’avoir aperçu quelques détails sur un personnage secondaire qui auraient pu m’indiquer que son rôle était plus important qu’il n’y paraissait. Ce n’était pas le cas et j’ai été agréablement surprise de voir que je me trompais.

    Sur ce point, l’auteur ne cesse de nous surprendre. Que ce soit pour le degré d’atrocité contenu dans le roman ou pour la façon dont l’enquête évolue. Je trouve ça toujours très intéressant lorsque – rendu à un moment de l’histoire, on se dit que ça ne peut pas aller plus loin – et que l’auteur arrive avec un énorme évènement l’air de dire « ce n’est pas terminé.. »

    En ce qui concerne les personnages, j’ai particulièrement aimé Rémi. Il est la clé de cette histoire, mais également l’espoir qu’on retrouve dans les romans sombres comme celui-ci. Dans la plupart des thrillers sanglants et dérangeants que j’ai lu, on y trouve régulièrement une lueur d’espoir sous diverses formes.

    Dans Avides, il s’agit de Rémi. Je ne vous en dirais pas plus concernant ce personnage car il faut que vous gardiez la surprise 🙂

    Ce roman aurait pu être un coup de cœur, malheureusement certains évènements très dérangeants m’ont coupé en plein élan de lecture et ça m’a beaucoup déstabilisé.

    En tous cas, Avides est le troisième roman que je lis de Tom Clearlake et je n’ai encore jamais été déçu par cet auteur. Alors si vous aussi vous êtes adepte de thrillers sombres et palpitants, je vous recommande ce roman !


    L’auteur & le livre

    Site : https://www.tomclearlake.com/

    Facebook : https://www.facebook.com/t.clearlake

    Ses livres : https://www.amazon.fr/l/B01GKAM0Y2/


     

  • Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Le chemin de Baphomet

     

     

    Titre : Le chemin de Baphomet

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Édition : Autoédité

    Genre : Nouvelles/Épouvante

    4/5

     

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    « Entre Fantastique et réalité, 8 histoires évoquant les plus profonds troubles de l’âme humaine. »


    Mon Avis

    Nous retrouvons Arnaud Niklaus pour un nouveau recueil de nouvelles à faire froid dans le dos ! Ce qui est intéressant, c’est que plus je lis des romans de cet auteur et plus j’arrive à reconnaître sa touche personnelle dans ses écrits.

    Encore une fois, j’ai adoré me plonger dans ces 8 nouvelles plus horribles les unes que les autres. Avec une curiosité morbide, nous découvrons les travers de différentes personnes.

    Le premier point que je voudrais aborder avec vous est un aspect que j’ai déjà retrouver dans les précédents écrits de l’auteur. Il s’agit de sa capacité à nous faire croire que ça ne peux pas aller plus loin. L’auteur arrive à faire naître l’espoir que les horreurs dont nous sommes témoins vont s’arrêter, qu’elles ne peuvent pas empirer. Et bien sûr, nous nous trompons.

    Ce qui marque le plus dans les nouvelles d’Arnaud Niklaus, c’est qu’elles abordent parfois des sujets du quotidien dont on ne mesure pas l’importance et le danger.

    L’un des meilleurs exemple de ce recueil est la nouvelle intitulé : Patience, patience

    Il s’agit de l’histoire d’un couple partis en vacances, une histoire qui paraît tout à fait banale jusqu’à ce que vous réalisiez que l’homme bat sa femme.

    Une douloureuse préoccupation dans notre société actuelle que l’auteur choisit de s’accaparer en accentuant la violence et l’horreur que subit le personnage féminin. C’est un travail remarquable que l’auteur fait, en choisissant des sujets comme celui-ci et en hyperbolisant leurs impacts afin qu’on puisse en mesurer la gravité.

    Toutes les histoires, sont écrits d’une manière très fluide qui nous permet de rentrer facilement dans l’intrigue. Complètes, une fois lues, les nouvelles de ce recueil ne nous laissent pas un sentiment d’inachevé. L’horreur dont nous venons d’être témoin est terminé et c’est tant mieux 🙂

    Bien que les sujets abordés sont lourds et très négatifs, j’ai apprécié ma lecture et vous encourage à découvrir les écrits de cet auteur.

    Dans ce recueil, vous trouverez les huit nouvelles suivantes :

    • Discothèque
    • Golgotha
    • Le réveil de l’Olympe
    • Patience, patience
    •  Festival
    •  Féérie
    •  Syndrome S
    • Danse avec l’horreur

    La nouvelle qui m’a le plus marqué et qui est l’une des plus horrible est « Le syndrome S« . Nous sommes face à l’enlèvement d’une jeune fille qui va subir des tortures et des abus à répétition. Bien que l’histoire est abominable, j’ai adoré la façon dont elle se termine car c’était une sacré surprise !

    Si vous aimez les histoires qui ne finissent pas toujours très bien, les retournements de situations qui n’augurent rien de bon alors ce recueil ne peut que vous plaire 🙂

     

    Je remercie l’auteur d’avoir fait appel à moi pour chroniquer ce recueil qui sortira au mois de janvier ! Encore une fois, j’ai passé un très bon moment !


    L’auteur & le livre

    Acheter le roman (disponible au mois de janvier)

    Site de l’auteur

    Page facebook

  • Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    L’heure de la lumière

     

     

     

     

    Titre : L’heure de la lumière

    Auteur : Olivier Valade

    Édition : Auto-édité

    Genre : Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Paris 2017.
    Deux corps, dont l’un démembré et vidé de son sang, sont découverts dans l’Église réformée où le pasteur Élias officie. Il retrouve Hamid, un ami d’enfance, fraîchement nommé commissaire. Chargé de l’enquête, ce dernier soupçonne une nouvelle drogue d’être à l’origine des crimes tandis qu’Élias adepte de l’exorcisme y voit une signification plus spirituelle.
    Mais une rencontre va bouleverser Élias, autant que l’enquête : l’envoûtante Nimsi. La jeune femme cache de nombreux secrets qui nous transporteront à l’époque des Huns. D’autres victimes sont à déplorer et l’étau se resserre chaque
    jour davantage autour d’Élias et de la mystérieuse inconnue.
    Est-il réellement l’homme de Dieu qu’il prétend être ? Que deviendra l’amitié des deux hommes ?
    Entre drogue et mysticisme, l’enquête nous plonge dans un Paris underground et ouvrira une porte qu’aucun des protagonistes n’aurait jamais imaginé…


    Mon Avis

    Si je vous dis un pasteur et une magnifique vampire âgée de plusieurs centaines d’années ?

    La morte amoureuse de Théophile Gautier !

    J’ai beaucoup aimé retrouvé cette similitude entre le roman de Olivier Valade et la nouvelle de Théophile Gautier. C’était surprenant et très intéressant.

    L’histoire est basée sur deux grands points de vues. D’un côté, nous avons Elias, jeune pasteur dynamique et très contemporain et d’un autre côté nous avons Nimsi, sombre et mystérieuse jeune femme débarquant tout droit de l’époque des Huns.

    Le roman est très bien écrit, nous rentrons facilement dans l’intrigue et malgré les flash-back nous ne nous perdons pas dans l’histoire.

    Dans ces flash-back, nous en apprenons plus sur Nimsi, qui elle est, d’où elle vient et surtout, comment elle est devenue cette créature de la nuit. L’aspect historique du roman est l’un de ces points forts, jamais encore, j’avais été emmené à l’époque des Huns au côté d’Attila.

    Ça change de ce qu’on à l’habitude de voir dans beaucoup de roman historique. Mais il ne s’agit pas seulement d’un voyage dans l’Histoire, nous sommes également témoins et acteurs dans l’enquête que mènent Elias et Hamid. En effet, avant de se tourner vers l’église, notre pasteur a fait ses armes dans l’école de police dans laquelle il a fait la connaissance de Hamid, celui-ci va d’ailleurs devenir son meilleur ami.

    L’enquête présente dans ce thriller est assez singulière, car dès le début du roman nous savons qui est le meurtrier. Cela rend leur investigation d’autant plus intéressante et amène le lecteur à apporter plus d’attention aux indices qui pourraient mener nos deux enquêteurs jusqu’au véritable meurtrier.

    Ce qui est aussi particulier c’est que ça ne s’arrête pas au simple meurtre, les crimes commis dans le roman sont beaucoup plus compliqués et cache beaucoup de mystère et une véritable organisation que nous avons hâte de percer à jour au fil des pages.

    En plus de mystère, le roman possède sa part d’humour. Cela vient alléger des scènes qui auraient rapidement pu alourdir la lecture. Notamment lors des discussions entre Elias et Nimsi ou encore pendant le récapitulatif de nos enquêteurs.

    Je voudrais d’ailleurs revenir sur le personnage de Hamid, car il m’a beaucoup énervé. Nous avons un homme marié, qui à trois enfants et qui ne peux s’empêcher d’aller voir ailleurs. Pour ne rien arranger il s’étonne que sa relation avec son épouse ne soit pas au beau fixe, ce que ça a pu m’exaspérer !

    Néanmoins, il essaye d’échapper à ses démons comme la plupart de nos personnages. J’ai trouvé que Hamid incarnait la lutte entre le bien et le mal que nous voyons aussi du côté de Nimsi et chez certains autres caractères.

    Pour finir, j’ai passé un très bon moment avec ce roman et je vous le recommande chaudement.


    L’auteur & le livre

    Chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCPmTp6sk-XzmEx9QyGgUmCQ

    Facebook : https://www.facebook.com/olivalade/

    Site : https://oliviervalade.format.com/

    Ses romans : https://amzn.to/33StWnd


     

     

  • Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Memento Mori

    « Souviens-toi que tu es mortel et que tu vas mourir »

     

    Titre : Memento  Mori

    Auteur : Guillaume F.Osgart

    Édition : Auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-horreur

    4/5

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Ça vous dirait de suivre un tueur à gages hanté par ses démons, une famille de psychopathes normands, deux sorcières aussi cruelles que bestiales ? D’assister à la mise aux enchères d’un ange ? De découvrir une nouvelle technologie apportant l’immortalité ou une téléréalité avec des zombies ?
    Alors, venez-vous perdre dans la dizaine d’histoires qui composent cet ouvrage !

    AVERTISSEMENT : Pour public averti ! Certains passages comportent des scènes de violence explicites qui peuvent heurter la sensibilité du lecteur.


    Mon Avis

    Et oui encore un ! Vous le savez maintenant, les recueils de nouvelles sombres et horrifiques sont devenus mon nouveau « péché livresque ».

    J’ai beaucoup aimé découvrir ce nouveau recueil, j’ai toujours l’impression qu’à force de lire ce genre de nouvelles, je me suis habitué à l’impact que celles-ci peuvent avoir durant ma lecture. C’est généralement quand on pense qu’il n’existe rien de pire, que quelque chose vient vous prouver le contraire.

    C’est ce qu’il s’est passé pour ce roman, bien que l’auteur m’ait prévenu, j’ai été surprise de l’horreur que j’y ai trouvé. J’ai été impressionné de la facilité dont Guillaume F.Osgart a fait preuve pour écrire ses nouvelles. Sa plume est agréable et nous plonge rapidement dans une atmosphère oppressante et stressante. Ce qui nous permet de ressentir avec facilité la dureté et l’atrocité des actes commis dans les nouvelles.

    Ce recueil à un aspect très intéressant, car certaines des nouvelles se suivent. C’est assez rare de pouvoir trouver une suite à une nouvelle et le choix de Guillaume F.Osgart est non seulement innovateur et rafraîchissant, mais il ajoute une particularité au récit.

    Ce qui fait le point majeur de ce recueil, ce n’est pas l’horreur qu’on y trouve, ni la plume de l’auteur, c’est l’étrange et désagréable réalisation que ce que nous raconte Guillaume F.Osgart sont des situations réelles (à quelques exceptions près).

    L’une des nouvelles qui m’a particulièrement touchée, s’intitule : Beautiful people. Il s’agit d’une histoire de harcèlement qui vire au cauchemar après que la victime se soit publiquement suicidée.

    Beaucoup de ces nouvelles peuvent être perçues comme des témoignages, une manière d’illustrer la cruauté de l’être humain. « Memento Mori » est un rappel de notre mortalité, mais j’ai l’impression, que le fait d’avoir choisi ces deux mots pour ce recueil a une signification particulière. Ces histoires, aussi horribles soient telles, ne sont pas un rappel de notre mortalité. Mais plutôt une prise de conscience de la cruauté et de la folie de certains êtres humains.

    J’ai hâte de voir ce que cet auteur nous réserve pour la suite et surtout, si sa plume arrivera encore à repousser les limites du macabre et de la folie.

    Je conseille ce livre pour tous les lecteurs habitués du genre.

    Memento Mori est une invitation à plonger dans les esprits les plus détraqués pour le meilleur, et surtout le pire.

    Je vous en parle en vidéo ! (21:16) https://www.youtube.com/watch?v=BY9vpAgPmPA


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/guillaumefosgartauteur/

    Acheter son roman : https://amzn.to/2yKPQuN


     

  • Nouvelles,  Policier/Thriller,  Service Presse,  SF

    Horizons Funèbres

     

    Titre : Horizons Funèbres

    Auteur : Michael Fenris

    Édition : Évidence édition

    Genre : SF/Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Qu’il prenne la forme d’une paire d’ailes, d’araignées venimeuses, d’un prédicateur, d’un pantin de bois, d’une jeune Indienne perdue ou encore d’un tremblement de terre, le destin n’est jamais celui que l’on croit. Il frappe aussi bien dans un funérarium que dans un bar miteux, au Japon en 1945 comme à Noël sous la neige ou sur une plage d’Indonésie dévastée par un tsunami. Il se joue de nous et impose ses propres règles, le plus souvent tragiques.
    Et pour les protagonistes de ces histoires, l’horizon ne saurait être que funèbre… Seize nouvelles entre drame, thriller, horreur et fantastique, ou seize façons de réécrire l’avenir…


    Mon Avis

    Horizons Funèbres est un douloureux et magnifique rappel de notre humanité et de notre libre-arbitre. J’ai beaucoup aimé le message transmis par l’auteur à travers une grande partie des nouvelles. Autrement dit, ne pas se prendre pour Dieu et ne pas chercher à déjouer mère nature.

    Nous sommes ce que nous sommes, le mieux c’est de l’accepter.

    Horizons Funèbres est un recueil de nouvelles pour la plupart très sombres et se terminant mal.

    La plume de Michael Fenris est fluide, mélancolique et présente une cohérence agréable. Les nouvelles se lisent rapidement et nous rentrons facilement dans l’histoire. Il y a une certaine « intensité » dans ces nouvelles, vous allez pouvoir passer d’une nouvelle extrêmement violente et désagréable. À une nouvelle plus tempérée et qui se finit plutôt bien.

    Toujours dans l’écriture, je ne peux m’empêcher de mentionner le meilleur atout de ce roman qui est..le retournement de situation ! Une grande partie des nouvelles réserve une agréable et surprenant surprise sur la fin. C’est le point fort de ce recueil, chaque nouvelle est unique et fais passer un message très fort en plus de surprendre le lecteur.

    Concernant les personnages, il y a un éventail de personnalités très impressionnant. Vous pouvez aussi bien vous prendre d’empathie pour un personnage comme vous pouvez vous prendre d’aversion pour un autre. Chacun a une vraie profondeur, des rêves, des peurs et une manière de réfléchir bien à lui. On peut facilement s’identifier à un personnage et comprendre les sentiments qui l’animent. Ce n’est déjà pas chose facile pour un roman, mais pour des nouvelles ! Bravo à l’auteur pour avoir réussi cette prouesse littéraire.

    Je terminerais cette chronique en vous parlant de la première nouvelle du recueil. Elle s’intitule Alula. De la pure SF, cette nouvelle nous présente un monde presque post-apocalyptique dans lequel règne une « lèpre jeune », sorte de fumée qui empoisonne l’air et détruit tout organisme vivant à petit feu.

    Cette nouvelle reprend un grand rêve de l’humanité, celui de pouvoir voler. C’est un mélange du mythe d’Icare avec la science d’aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé commencé ce recueil avec nouvelle, j’ai trouvé que c’était une belle entrée en matière pour la suite du recueil. Elle annonce parfaitement le genre des autres histoires qui vont suivre.

    Ce recueil nous montre une désillusion de la part de l’être humain sans forcément rentrée dans quelque chose de sévère. C’est un doux rappel à l’ordre ponctué d’un peu de magie. Il faut savoir trouver un juste en milieu entre ses rêves et la réalité.

    Avec Horizons Funèbres, je vous invite à rencontrer le destin de plusieurs personnages aux caractères étonnants ayant décidé de sortir des sentiers battus au péril de leurs vies, mais surtout…de leurs libertés.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/michaelfenris/

    Ses romans : https://amzn.to/2T4ZVfK

  • Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Manhattan Ghost

    « Tu as lu la nouvelle de Poe où tout le monde cherche une lettre compromettante ?

    – Non. Cela ne me dit rien. Mais tu sais…la lecture et moi… »

     

    Titre : Manhattan Ghost

    Auteur : Philippe Ward

    Photographe : Mickaël Laguerre

    Édition : Black Coat Press

    Genre : Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Elle attendit que son cœur reprenne un rythme normal avant de se décider à gagner le bar. Elle allait être en retard maintenant.
    – Bonjour Lisa.
    La jeune femme se retourna brusquement, surprise d’être ainsi abordée dans ce quartier.
    – Peter, mais que fais-tu ici ?
    Elle s’arrêta soudain, consciente de l’incongruité de sa question. Peter était décédé trois ans plus tôt d’un cancer généralisé dû au surmenage, à l’alcool et surtout à l’abus de cigarettes. Et il se trouvait face à elle, vêtu du costume bleu que Lisa lui avait toujours connu. Ses épaules étaient plus voûtées, son visage plus pâle que dans ses souvenirs. Il lui souriait.
    – Tu es resplendissante, comme toujours.

    Lisa Kilpatrick, une pure New-Yorkaise, travaille dans la police, mais sa véritable passion demeure la musique. Un soir par semaine, après son service, elle joue du piano et chante dans un club new-yorkais. Un jour, elle assiste au Manhattanedge. Un soir par an, le soleil couchant se retrouve juste au milieu de la 14th Rue, dans un alignement parfait vers l’Ouest. Et là, elle va basculer dans un autre monde, celui des Fantômes de Manhattan.


    Mon Avis

    Une histoire courte, mais efficace.

    J’ai beaucoup aimé retrouvé, Philippe Ward dans un tout nouveau genre. Après un sombre aperçu de son écriture avec Artahe le dieu-ours, c’est dans un style plus léger et aventureux que je le redécouvre.

    En plus de la plume de Philippe Ward, j’ai eu l’occasion d’admirer le talent du photographe Mickaël Laguerre. Chaque page comportait une de ses photos et celles-ci étaient toutes en lien avec ce qu’il se passait dans le roman.

    L’un des meilleurs aspects de cette histoire, c’est la manière dont celle-ci nous entraîne dans l’atmosphère survoltée de la grosse pomme.

    Lire permet au lecteur de voyager et Manhattan Ghost nous emmène dans l’une des plus grandes villes du monde. On y découvre un New York musical et artistique, représenté par la plupart des grands noms ayant foulé les rues et les planches de cette ville emblématique.

    Le personnage principal, Lisa, est une jeune fille qui avait un rêve et qui a finis par le mettre de côté. Attachante, son caractère est très simple et s’identifie facilement à elle. Les autres personnages sont particulièrement intéressants, car il s’agit d’artistes que nous connaissons tous et qui ne sont plus parmi nous depuis longtemps.

    Philippe Ward a très bien réussi à leur donné de la profondeur, une personnalité, bref, à leur redonner vie. C’était un réel plaisir de reconnaître les noms des artistes et dans apprendre de nouveau.

    Manhattan Ghost est un court voyage dans les rues de New York aux côtés des plus grands artistes que la grande pomme ait connue. Si vous aussi vous aimez les courts romans fantastiques qui vous font voir du pays, je vous invite à découvrir cette histoire.


    Le livre & l’auteur

    Site de l’auteur : https://ward.noirduo.com/

    Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/category/Author/Philippe-Ward-officiel-156630304386086/


     

  • Nouvelles,  Service Presse

    Les brumes du labyrinthe

     

     

    Titre : Les brumes du labyrinthe

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Édition : auto-édité

    Genre : Nouvelles

    4/5

     

     

     


    Synopsis

    Surgit de ses rêves les plus angoissants, Arnaud NIKLAUS nous emmène de l’autre côté de l’Atlantique pour nous les raconter. Ces huit nouvelles, où ses héros et héroïnes doivent tenter d’échapper aux tristes sorts qui leur sont réservés, sont aussi différentes que sombres. Personnages tourmentés, monstres et morts sont omniprésents dans ces pages.

    EXTRAITS :

    « Alors que Jenny se demandait que faire maintenant, la créature se mit à bouger. J’aurais dû lancer plus fort, se dit-elle. N’écoutant que son instinct de survie, elle se précipita sur la porte, la déverrouilla, et s’enfuit dans le couloir. »

    « Pour toute réponse, elle lui tendit son dessin. Ce dernier représentait une petite fille au visage triste, à côté d’un arbre. Toute la scène avait été dessinée au feutre noir. Une corde reliait le cou de la fillette à une branche. Un cœur noir trônait sur son buste. Mon Dieu ! Comment une enfant aussi jeune a pu dessiner une scène aussi atroce ? pensa Sarah. »

    « Quand il pénétra dans son jardin, il repéra immédiatement des traces de pas qui sortaient de la forêt. Il les suivi et constata qu’elles menaient à l’accès extérieur de sa cave. Samuel avait peur, car il se demandait quel genre d’animal pouvait avoir l’intelligence suffisante pour ouvrir et fermer une porte.’


    Mon Avis

    Récemment, je me suis aperçue que les seuls recueils que je lis sont ceux contenant des nouvelles d’épouvante, d’horreur et présentant beaucoup de situations très sombres et mystérieuses.

    J’ai beaucoup aimé ma lecture et ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que la plupart des nouvelles présentaient un retournement de situation que je n’ai pas réussi à prédire. Ça fait très longtemps qu’un récit ne m’avait pas surprise de cette façon et j’ai aimé retrouvé cette sensation.

    Un autre point positif concernant ce recueil c’est sa diversité, les nouvelles abordent beaucoup de sujets très différents et surprenants.

    Encore une fois, j’ai apprécié retrouver la plume d’Arnaud Niklaus dans un nouveau registre. Son écriture est fluide, intrigante et quelque fois déstabilisante, dans le bon sens du terme.

    Concernant les nouvelles, je vous parle de l’une d’elle avec plus de détails dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=v5-ih2LaMyM

    Pour finir, je vous recommande bien sûr ce recueil, mais surtout Arnaud Niklaus. Je trouve que cet auteur a un grand potentiel,  et son écriture est très intéressante et surprenante.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/arnaudniklausecrivain/

    Amazon : https://amzn.to/2Woweei

    Site : http://arnaud-niklaus.e-monsite.com/


     

     

dolor. venenatis, Aliquam id amet, ut elit. ut porta. et, dolor