• Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    L’heure de la lumière

     

     

     

     

    Titre : L’heure de la lumière

    Auteur : Olivier Valade

    Édition : Auto-édité

    Genre : Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Paris 2017.
    Deux corps, dont l’un démembré et vidé de son sang, sont découverts dans l’Église réformée où le pasteur Élias officie. Il retrouve Hamid, un ami d’enfance, fraîchement nommé commissaire. Chargé de l’enquête, ce dernier soupçonne une nouvelle drogue d’être à l’origine des crimes tandis qu’Élias adepte de l’exorcisme y voit une signification plus spirituelle.
    Mais une rencontre va bouleverser Élias, autant que l’enquête : l’envoûtante Nimsi. La jeune femme cache de nombreux secrets qui nous transporteront à l’époque des Huns. D’autres victimes sont à déplorer et l’étau se resserre chaque
    jour davantage autour d’Élias et de la mystérieuse inconnue.
    Est-il réellement l’homme de Dieu qu’il prétend être ? Que deviendra l’amitié des deux hommes ?
    Entre drogue et mysticisme, l’enquête nous plonge dans un Paris underground et ouvrira une porte qu’aucun des protagonistes n’aurait jamais imaginé…


    Mon Avis

    Si je vous dis un pasteur et une magnifique vampire âgée de plusieurs centaines d’années ?

    La morte amoureuse de Théophile Gautier !

    J’ai beaucoup aimé retrouvé cette similitude entre le roman de Olivier Valade et la nouvelle de Théophile Gautier. C’était surprenant et très intéressant.

    L’histoire est basée sur deux grands points de vues. D’un côté, nous avons Elias, jeune pasteur dynamique et très contemporain et d’un autre côté nous avons Nimsi, sombre et mystérieuse jeune femme débarquant tout droit de l’époque des Huns.

    Le roman est très bien écrit, nous rentrons facilement dans l’intrigue et malgré les flash-back nous ne nous perdons pas dans l’histoire.

    Dans ces flash-back, nous en apprenons plus sur Nimsi, qui elle est, d’où elle vient et surtout, comment elle est devenue cette créature de la nuit. L’aspect historique du roman est l’un de ces points forts, jamais encore, j’avais été emmené à l’époque des Huns au côté d’Attila.

    Ça change de ce qu’on à l’habitude de voir dans beaucoup de roman historique. Mais il ne s’agit pas seulement d’un voyage dans l’Histoire, nous sommes également témoins et acteurs dans l’enquête que mènent Elias et Hamid. En effet, avant de se tourner vers l’église, notre pasteur a fait ses armes dans l’école de police dans laquelle il a fait la connaissance de Hamid, celui-ci va d’ailleurs devenir son meilleur ami.

    L’enquête présente dans ce thriller est assez singulière, car dès le début du roman nous savons qui est le meurtrier. Cela rend leur investigation d’autant plus intéressante et amène le lecteur à apporter plus d’attention aux indices qui pourraient mener nos deux enquêteurs jusqu’au véritable meurtrier.

    Ce qui est aussi particulier c’est que ça ne s’arrête pas au simple meurtre, les crimes commis dans le roman sont beaucoup plus compliqués et cache beaucoup de mystère et une véritable organisation que nous avons hâte de percer à jour au fil des pages.

    En plus de mystère, le roman possède sa part d’humour. Cela vient alléger des scènes qui auraient rapidement pu alourdir la lecture. Notamment lors des discussions entre Elias et Nimsi ou encore pendant le récapitulatif de nos enquêteurs.

    Je voudrais d’ailleurs revenir sur le personnage de Hamid, car il m’a beaucoup énervé. Nous avons un homme marié, qui à trois enfants et qui ne peux s’empêcher d’aller voir ailleurs. Pour ne rien arranger il s’étonne que sa relation avec son épouse ne soit pas au beau fixe, ce que ça a pu m’exaspérer !

    Néanmoins, il essaye d’échapper à ses démons comme la plupart de nos personnages. J’ai trouvé que Hamid incarnait la lutte entre le bien et le mal que nous voyons aussi du côté de Nimsi et chez certains autres caractères.

    Pour finir, j’ai passé un très bon moment avec ce roman et je vous le recommande chaudement.


    L’auteur & le livre

    Chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCPmTp6sk-XzmEx9QyGgUmCQ

    Facebook : https://www.facebook.com/olivalade/

    Site : https://oliviervalade.format.com/

    Ses romans : https://amzn.to/33StWnd


     

     

  • Nouvelles,  Policier/Thriller,  Service Presse,  SF

    Horizons Funèbres

     

    Titre : Horizons Funèbres

    Auteur : Michael Fenris

    Édition : Évidence édition

    Genre : SF/Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Qu’il prenne la forme d’une paire d’ailes, d’araignées venimeuses, d’un prédicateur, d’un pantin de bois, d’une jeune Indienne perdue ou encore d’un tremblement de terre, le destin n’est jamais celui que l’on croit. Il frappe aussi bien dans un funérarium que dans un bar miteux, au Japon en 1945 comme à Noël sous la neige ou sur une plage d’Indonésie dévastée par un tsunami. Il se joue de nous et impose ses propres règles, le plus souvent tragiques.
    Et pour les protagonistes de ces histoires, l’horizon ne saurait être que funèbre… Seize nouvelles entre drame, thriller, horreur et fantastique, ou seize façons de réécrire l’avenir…


    Mon Avis

    Horizons Funèbres est un douloureux et magnifique rappel de notre humanité et de notre libre-arbitre. J’ai beaucoup aimé le message transmis par l’auteur à travers une grande partie des nouvelles. Autrement dit, ne pas se prendre pour Dieu et ne pas chercher à déjouer mère nature.

    Nous sommes ce que nous sommes, le mieux c’est de l’accepter.

    Horizons Funèbres est un recueil de nouvelles pour la plupart très sombres et se terminant mal.

    La plume de Michael Fenris est fluide, mélancolique et présente une cohérence agréable. Les nouvelles se lisent rapidement et nous rentrons facilement dans l’histoire. Il y a une certaine « intensité » dans ces nouvelles, vous allez pouvoir passer d’une nouvelle extrêmement violente et désagréable. À une nouvelle plus tempérée et qui se finit plutôt bien.

    Toujours dans l’écriture, je ne peux m’empêcher de mentionner le meilleur atout de ce roman qui est..le retournement de situation ! Une grande partie des nouvelles réserve une agréable et surprenant surprise sur la fin. C’est le point fort de ce recueil, chaque nouvelle est unique et fais passer un message très fort en plus de surprendre le lecteur.

    Concernant les personnages, il y a un éventail de personnalités très impressionnant. Vous pouvez aussi bien vous prendre d’empathie pour un personnage comme vous pouvez vous prendre d’aversion pour un autre. Chacun a une vraie profondeur, des rêves, des peurs et une manière de réfléchir bien à lui. On peut facilement s’identifier à un personnage et comprendre les sentiments qui l’animent. Ce n’est déjà pas chose facile pour un roman, mais pour des nouvelles ! Bravo à l’auteur pour avoir réussi cette prouesse littéraire.

    Je terminerais cette chronique en vous parlant de la première nouvelle du recueil. Elle s’intitule Alula. De la pure SF, cette nouvelle nous présente un monde presque post-apocalyptique dans lequel règne une « lèpre jeune », sorte de fumée qui empoisonne l’air et détruit tout organisme vivant à petit feu.

    Cette nouvelle reprend un grand rêve de l’humanité, celui de pouvoir voler. C’est un mélange du mythe d’Icare avec la science d’aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé commencé ce recueil avec nouvelle, j’ai trouvé que c’était une belle entrée en matière pour la suite du recueil. Elle annonce parfaitement le genre des autres histoires qui vont suivre.

    Ce recueil nous montre une désillusion de la part de l’être humain sans forcément rentrée dans quelque chose de sévère. C’est un doux rappel à l’ordre ponctué d’un peu de magie. Il faut savoir trouver un juste en milieu entre ses rêves et la réalité.

    Avec Horizons Funèbres, je vous invite à rencontrer le destin de plusieurs personnages aux caractères étonnants ayant décidé de sortir des sentiers battus au péril de leurs vies, mais surtout…de leurs libertés.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/michaelfenris/

    Ses romans : https://amzn.to/2T4ZVfK

  • Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Manhattan Ghost

    « Tu as lu la nouvelle de Poe où tout le monde cherche une lettre compromettante ?

    – Non. Cela ne me dit rien. Mais tu sais…la lecture et moi… »

     

    Titre : Manhattan Ghost

    Auteur : Philippe Ward

    Photographe : Mickaël Laguerre

    Édition : Black Coat Press

    Genre : Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Elle attendit que son cœur reprenne un rythme normal avant de se décider à gagner le bar. Elle allait être en retard maintenant.
    – Bonjour Lisa.
    La jeune femme se retourna brusquement, surprise d’être ainsi abordée dans ce quartier.
    – Peter, mais que fais-tu ici ?
    Elle s’arrêta soudain, consciente de l’incongruité de sa question. Peter était décédé trois ans plus tôt d’un cancer généralisé dû au surmenage, à l’alcool et surtout à l’abus de cigarettes. Et il se trouvait face à elle, vêtu du costume bleu que Lisa lui avait toujours connu. Ses épaules étaient plus voûtées, son visage plus pâle que dans ses souvenirs. Il lui souriait.
    – Tu es resplendissante, comme toujours.

    Lisa Kilpatrick, une pure New-Yorkaise, travaille dans la police, mais sa véritable passion demeure la musique. Un soir par semaine, après son service, elle joue du piano et chante dans un club new-yorkais. Un jour, elle assiste au Manhattanedge. Un soir par an, le soleil couchant se retrouve juste au milieu de la 14th Rue, dans un alignement parfait vers l’Ouest. Et là, elle va basculer dans un autre monde, celui des Fantômes de Manhattan.


    Mon Avis

    Une histoire courte, mais efficace.

    J’ai beaucoup aimé retrouvé, Philippe Ward dans un tout nouveau genre. Après un sombre aperçu de son écriture avec Artahe le dieu-ours, c’est dans un style plus léger et aventureux que je le redécouvre.

    En plus de la plume de Philippe Ward, j’ai eu l’occasion d’admirer le talent du photographe Mickaël Laguerre. Chaque page comportait une de ses photos et celles-ci étaient toutes en lien avec ce qu’il se passait dans le roman.

    L’un des meilleurs aspects de cette histoire, c’est la manière dont celle-ci nous entraîne dans l’atmosphère survoltée de la grosse pomme.

    Lire permet au lecteur de voyager et Manhattan Ghost nous emmène dans l’une des plus grandes villes du monde. On y découvre un New York musical et artistique, représenté par la plupart des grands noms ayant foulé les rues et les planches de cette ville emblématique.

    Le personnage principal, Lisa, est une jeune fille qui avait un rêve et qui a finis par le mettre de côté. Attachante, son caractère est très simple et s’identifie facilement à elle. Les autres personnages sont particulièrement intéressants, car il s’agit d’artistes que nous connaissons tous et qui ne sont plus parmi nous depuis longtemps.

    Philippe Ward a très bien réussi à leur donné de la profondeur, une personnalité, bref, à leur redonner vie. C’était un réel plaisir de reconnaître les noms des artistes et dans apprendre de nouveau.

    Manhattan Ghost est un court voyage dans les rues de New York aux côtés des plus grands artistes que la grande pomme ait connue. Si vous aussi vous aimez les courts romans fantastiques qui vous font voir du pays, je vous invite à découvrir cette histoire.


    Le livre & l’auteur

    Site de l’auteur : https://ward.noirduo.com/

    Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/category/Author/Philippe-Ward-officiel-156630304386086/


     

  • Drame,  Policier/Thriller

    Le Parfum

     « Il tenait dans le creux de sa main un pouvoir plus fort que les pouvoirs de l’argent, ou que le pouvoir de la terreur, ou que le pouvoir de la mort : le pouvoir invincible d’inspirer l’amour aux hommes. »

     

    Titre : Le parfum

    Auteur : Patrick Suskind

    Édition :  France loisirs (la mienne)

    Genre : Drame, Policier

    5/5

     

     


    Synopsis

    Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque.
    Il s’appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n’aurait pas survécu. Mais Grenouille n’avait besoin que d’un minimum de nourriture et de vêtements et son âme n’avait besoin de rien. Or, ce monstre de Grenouille, car il s’agissait bien d’un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout puissant de l’univers, car  » qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes « .
    C’est son histoire, abominable… et drolatique qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parution, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial.


    Mon Avis

    J’ai lu ce roman pour la première fois lorsque j’étais au collège, comme vous pouvez peut être vous en doutez c’est son titre qui m’a d’abord intrigué. J’ai tout de suite accrochée à l’histoire, c’était la première que je lisais dont le personnage principal était un meurtrier.

    Le roman est très bien écrit et même si on retrouve beaucoup de détails olfactifs, on ne se perd pas dans les descriptions et elles ne ralentissent pas la lecture.

    J’ai particulièrement aimé voir les meurtres du point de vue du meurtrier, comprendre ses motivations, ce qui le poussait à agir et qu’est-ce qu’il cherchait à atteindre en les réalisant. Le fait de voir le personnage de Jean-Baptiste Grenouille naître puis grandir et le voir mourir est très intéressant et ça nous permet de nous attacher plus facilement au personnage malgré ses pulsions meurtrières.

    Ce qui fait toute la beauté et la force de ce roman c’est l’aspect olfactif qu’on découvre au fil des pages. C’est le point que je préfère, le parfum de Patrick Suskind porte vraiment son nom. On y retrouve un éventail d’odeurs qui vont des plus répugnantes au plus agréables.

    L’enquête est également intéressante même si du point de vue du meurtrier on souhaite que Jean-Baptiste s’en tire et ne se fasse jamais pincé.

    Je terminerais en vous disant que j’ai trouvé la fin un peu grotesque, typiquement, c’est ce qu’on appelle une mort « con ».

    Ce roman, bien que très sombre est un réelle coup de cœur et je ne me lasse jamais de le relire.  Je vous le conseille vivement !


     

  • Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Tréfonds

     

    « L’ombre continuait sa progression, imperturbable. Elle savait bien de quoi ces bêtes infâmes se nourrissaient. Elle connaissait parfaitement son chemin »

     

    Titre : Tréfonds

    Auteur : Tom Clearlake

    Édition : Moonlight

    Genre : Thriller/Horreur

    4/5

     

     

     

     


    Synopsis

    Luca Ferrand est un jeune lieutenant de police prometteur.Jusqu’au jour où il commet une erreur irréparable.Six mois de mise à pied. Au matin d’une nuit d’errance dans Pigalle, il rencontre une jeune femme, Tanya. Elle lui dit être menacée et le supplie de l’aider. Ils vivent une nuit d’amour qui les marque du fer de la passion. Lorsqu’il lui dit qu’il est policier et qu’il peut l’aider, elle disparaît. Quelques jours plus tard, il apprend qu’un corps a été retrouvé.Le corps d’une jeune femme, décapité, gisant dans un container au fond d’une impasse de Pigalle. L’autopsie révèle que cette jeune femme s’adonnait à des pratiques sexuelles extrêmes et qu’elle appartenait corps et âme à ceux qui lui ont ôté la vie. Une esclave, entièrement soumise à la volonté de ses maîtres. Sur son corps, un tatouage étrange. Le même que portait Tanya. Malgré sa suspension, Luca va se lancer dans une enquête acharnée qui va peu à peu accaparer sa raison. Il va s’enfoncer dans les bas-fonds des nuits parisiennes à la recherche de Tanya. Mais les voies qu’il empruntera seront sans espoir de retour.


    Mon Avis

    Attention âme sensible s’abstenir !

    J’avais déjà eu un avant-goût de la noirceur du style de Tom Clearlake avec L’essence des ténèbres et cette fois encore, l’auteur repousse toutes les limites.

    Ce roman est une descente aux enfers, aussi bien pour le personnage principal que pour le lecteur. Nous sommes témoins de la déchéance de Luca, jeune policier qui voit son monde s’écrouler du jour au lendemain.

    Un homme qui semble avoir tout perdu, peut-il perdre encore plus ? Il semblerait que oui.

    Dans ce roman, nous explorons la noirceur de l’âme et les pires vices de l’être humain. Luca est un peu comme un ange qui tombe du paradis pour finir aux enfers. Au début de l’histoire, on se dit que ça ne peut pas aller plus mal et on se trompe. 

    Tanya représente une lueur d’espoir auquel le personnage principal décide de se raccrocher, mais cette lumière censée le tirer vers le haut, va pousser Luca à faire des choses inimaginables. Il va devoir pénétrer dans un tout autre monde. Il va découvrir « les bas-fonds de l’humanité » si je puis m’exprimer ainsi.

    Nous avons tous déjà entendu parler du Dark web, que ce soit à la télévision ou dans des journaux, mais jamais je n’avais vu un personnage de roman s’y immiscer volontairement et prendre conscience de cette toute autre réalité.

    L’un des points les plus forts et les plus terribles de ce roman, c’est la réalité de ce que raconte Tom Clearlake. Ce que nous lisons dans ce livre existe probablement dans ce monde. Je parle bien sûr de toutes les pratiques, sévices et non des rites relatés dans le roman.

    Ce qui est particulier dans la lecture de ce roman, c’est que plus nous avançons dans l’histoire et plus nous sommes  obligés de prendre du recul face à l’horreur que nous lisons. Mais là où Tom Clearlake fait fort, c’est que plus on s’immerge dans l’enquête et plus cette horreur est présente. Le lecteur n’a pas le choix, il doit faire face à l’enfer que vit Luca.

    Je n’ai pas été emballé par tout le côté satanique présent dans le roman si ce n’est l’aspect historique qui reflète un grand travail de recherche de la part de l’auteur.

    Les romans de Tom Clearlake se démarquent par l’aversion et la répugnance qu’ils génèrent chez le lecteur, mais la plume de l’auteur est très fluide et agréable à lire.

    Si vous avez le cœur bien accroché et que vous êtes adeptes des thrillers d’horreur qui vous donne la chair de poule et un peu la nausée, alors je vous conseille vivement ce roman.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/t.clearlake

    Site : https://www.tomclearlake.com/


     

  • Épouvante-Horreur,  Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    L’essence des ténèbres

    « Plus il s’enfonçait au cœur des forêt, plus la sensation qu’il ressentait depuis le début de sa mission s’intensifiait. Une sorte de vide se faisait en lui-même. Comme si sa flamme de vie se retenait de briller, pour se préserver d’un souffle obscur »

     

    Titre : L’Essence des Ténèbres

    Auteur : Tom Clearlake

    Édition : Moonlight

    Genre : Thriller/Epouvante-Horreur/Fantastique

    3/5

     

     

     


    Synopsis

     La petite ville de St. Marys est frappée par des disparitions d’enfants inexpliquées. Cinq au total, en l’espace de quatre mois. Bien qu’aucun indice formel n’ait été relevé par les forces de police, tout porte à croire qu’il s’agit d’enlèvements. Le FBI est chargé du dossier. L’agent spécial Eliott Cooper est envoyé sur place pour enquêter. Peu à peu, il va être confronté à des faits qui ne relèveront plus de ses compétences d’agents, mais de sa capacité à lutter contre un mal obscur qui semble s’être emparé des forêts alentour de la ville… et ce n’est que le début de son enquête.


    Mon Avis
    L’Essence des Ténèbres est un roman très intriguant, je peux dire que c’est l’une des histoires les plus sombres et déstabilisante que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. J’ai bien aimé ma lecture, mais ce, jusqu’à un certain point. 
    En effet, à un moment du récit, l’histoire bascule totalement dans un côté très mystérieux et fantastique. J’aurais aimé garder l’atmosphère du début, lorsque l’enquête commence et que l’ambiance devient sombre et oppressante sans basculer vers le surnaturel. 
    Le mélange fonctionne en tout cas, tout au long du récit nous retrouvons un juste équilibre entre thriller et surnaturel qui ai très bien réalisé.
     L’un des points forts de ce récit est la façon dont l’auteur arrive à nous faire prendre conscience de l’horreur et du cauchemar que vit le personnage principal. C’est la première fois qu’un roman réussit à me donner littéralement la nausée. Je le dis en tant que compliment, au début du récit lorsque Eliott prend conscience de ce qu’il vient de lui arriver, j’ai vraiment cru que j’allais vomir en même temps que lui. 
    Ce n’est pas évident de réussir à retranscrire l’horreur à l’état pur dans un roman et je salue Tom Clearlake pour cet exploit. Je pense même que ce premier passage m’a « anesthésié » pour la suite du livre.
    D’un point de vue général, c’est une histoire très dense qui regorge de détails et de rebondissements que ce soit la façon dont les évènements s’enchaînent ou comment les personnages évoluent dans le récit. 
    Le roman possède aussi un côté très mystique qui vient renforcer l’ambiance mystérieuse et déstabilisante du récit. Je pense que je me replongerais une nouvelle fois dans ce roman afin d’éclairer certains éléments restés dans l’obscurité.
    Souhaitez-vous avoir un aperçu de ce qui se cache dans les ténèbres ? Rencontrer des êtres vils et obscurs ? Aspirez-vous à être témoin de l’horreur à l’état pur ?
    Si c’est le cas, je vous conseille vivement de découvrir ce roman.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.tomclearlake.com/

    Site : https://www.facebook.com/t.clearlake

    Amazon : https://amzn.to/2F0d7wO


     

  • Drame,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Le trône de cendres ♦ L’intégral

    « Tout ici exhalait le souvenir d’une magnificence perdue dans la violence et la peine »

     

    Titre : Le trône de cendre

    Auteur : Aurélien Grall

    Édition : auto-édité

    Genre : Policier/Drame

    4/5

     

     

     

     


    Synopsis

    La France est secouée par de violentes manifestations. Le divorce entre le peuple et les politiques est consommé. L’espoir est mort.
    Victime de ces troubles, Walter, jeune étudiant, est tué sous les coups de la police. Adrien, son meilleur ami, jure de ne pas laisser ce crime impuni.
    Emporté par sa haine des puissants, il va mener la révolte qui va l’emmener très loin. Mais jusqu’où est-il prêt à aller pour faire justice ?
    Émeutes meurtrières, prise en otage du président de la République, assaut de la télévision par un commando armé, le deuxième roman d’Aurélien Grall fait place au grand spectacle. Effrayant par sa fidélité à l’actualité politique, le trône de cendre vous tiendra en haleine jusqu’à la dernière seconde.


    Mon Avis
    Depuis quelque temps, je me suis rendu compte qu’il y a des moments précis pour lire un livre. 
    En lisant ce livre, j’ai été extrêmement surprise, car il correspondait exactement à ce que nous vivions dernièrement sur Paris et dans d’autres villes. 
    Dès le début du roman, nous nous trouvons au cœur d’une manifestation et plus nous avançons dans notre lecture plus les événements prennent de l’ampleur. J’ai beaucoup aimé cette évolution du récit, l’action augmente petit à petit et comme le personnage principal, nous gravissons les échelons.
    C’est la première fois que je constate à quel point un roman peut s’inscrire dans notre temps, à quel point il peut être contemporain et actuel. Aurélien, Grall avait-il prévu les derniers évènements de notre actualité ?
    Heureusement, ça ne prend pas les mêmes proportions que dans le récit.
    Ce livre nous présente une histoire avec beaucoup de profondeur et de densité, l’intrigue du roman est semblable à une vague, à un mouvement qui grandit et grossis jusqu’à exploser. Les personnages sont bien construits, l’intrigue bien ficelée et j’ai été surprise à plusieurs moments du récit.
    Le thème abordé dans ce roman est très innovateur et c’est la première fois que je le rencontrais. J’ai bien aimé à quel point l’auteur nous décrit l’ascension du personnage principal au pouvoir, c’est tellement bien détaillé qu’on s’y croirait ! 
    Au début, j’ai eu un peu peur, car il s’agit de la suite d’un roman, mais ça ne m’a pas du tout gêné ! 
    Ce livre est complet, tous les éléments nous sont donnés et au bon moment. Une touche de suspens, de surprise et d’effroi, c’est tout ce qu’il faut !
    Je conseille ce roman à tous ceux qui aime les histoires de pouvoirs, de trahison et de vengeance.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/AurelienGrall

    Amazon : https://amzn.to/2A6yfi1

    L’auteur est également présent sur Twitter et Instagram


     

  • Drame,  Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Sans l’ombre d’une chance

    « La nature profonde d’un être humain peut-elle ressurgir n’importe quand ? »

     

    Titre : Sans l’ombre d’une chance

    Auteur : Mégane Brass

    Édition : auto-édité

    Genre : Thriller/Epouvante-horreur/Drame

    4/5

     

     

     


    Synopsis

    Envie de frissonner ? Plongez au cœur même de l’horreur absolue !
    Un thriller haletant dont vous n’en ressortirez pas indemne…
    Éric Hoffman, héros principal de l’histoire, passait son temps à fuir son passé, et vagabondait sans bu précis. Refoulant son côté obscur en permanence, un jour, il eut une révélation, scellant son destin à jamais. Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms et les personnages sont le fruit de l’imagination de l’auteur. Toute ressemblance avec des personnages réels, vivants ou ayant existé, serait pure coïncidence. Certains passages peuvent heurter la sensibilité du lecteur.


    Mon Avis
    J’ai adoré ce roman ! En le commençant, je souhaitais trouver une atmosphère oppressante, dérangeante, qui vous donne des frissons et c’est exactement ce que j’ai eu !
    La premier point que j’ai aimé dans ce roman, c’est le basculement que nous avons au début de l’histoire. 
    Premier chapitre, ça va, mais on sent que quelque chose cloche. Au fur et à mesure qu’Éric Hoffman, le personnage principal, se remémore son enfance, nous voyons son passé défilé devant nos yeux et, avec lui, vient s’installer une ambiance sombre, malsaine et froide. 
    C’est alors qu’on passe au chapitre 2, quelque chose s’est rompu chez notre héros, comme si les atrocités de son enfance, s’étaient emparées de lui. L’auteure ne perd pas de temps pour nous décrire ce qui nous attend, en nous dévoilant un massacre effroyable à peine quelques pages plus loin.
    On rentre tout de suite dans le vif du sujet et ça m’a plu. 
    Ce roman m’a tenu en haleine du début jusqu’à la fin !
    L’histoire est bien menée, avec des rebondissements et des suspens quand il le faut. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman.
    Ce genre d’histoire, c’est un peu comme un accident de voiture, même si c’est horrible, vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder.
     Le fait que le personnage principal soit un psychopathe et que le lecteur soit dans sa tête est un choix très intéressant !  
    J’ai particulièrement aimé la manière dont le personnage était construit, d’une part vous avec le psychopathe froid, calculateur, manipulateur et tueur sanguinaire. Cependant, si on regarde davantage, on peut discerner un autre visage chez Éric Hoffman, celui du jeune enfant terrifié que son père enfermait dans la grange.
    Vous savez à présent que j’aime retrouver ce genre de fissure chez les personnages de mes lectures. Peu importe qu’Éric soit un être abominable, j’ai eu l’impression que l’auteure tentait à plusieurs reprises, de l’humaniser au fil du récit. 
    Car oui, Éric Hoffman à un cœur, même si celui-ci est sombre, craquelé et qu’il bat en apercevant la terreur dans les yeux de ses victimes. 
    Je conseille vivement ce roman à tous ceux qui aiment les thrillers sombres, angoissant, un peu dérangeant et dans lesquels, le bien et le mal joue au chat et à la souris.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/auteurderomans/

    Amazon : https://amzn.to/2QA32df


     

  • Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller

    Hannibal, tome 1 : Dragon Rouge

    « Il pouvait voir l’empreinte d’un visage quand l’éclair illuminait la rue. Un front et un nez, une bouche et un menton, un visage percé de larmes de pluie. Un visage sans yeux, un visage de pluie« 

     

    Titre : Hannibal, tome 1 : Dragon Rouge

    Auteur : Thomas Harris

    Edition : Albin Michel

    Genre : Thriller/Epouvante-horreur

    5/5

     

     

     

     


    Synopsis

    À un mois d’intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l’une à Birmingham, l’autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé « le Dragon rouge ». Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d’un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur. Il constate qu’il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage.


    Mon Avis
    Hannibal Lecter est un personnage qui m’a fasciné lorsque j’étais plus jeune. La première fois que j’ai vu le film Dragon Rouge je devais avoir 13 ans je pense. J’ai aimé l’histoire, mais elle m’a dégoutée. Vous savez c’est comme ces choses qui vous fascinent parce qu’elles sont horribles, elles vous dégoûtent, vous font peur. Pourtant, vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder, de les observer.  
    Hannibal Lecter, c’est ma lecture coupable, j’aime le personnage pour sa monstruosité et sa complexité, mais s’il se trouvait en face de moi je ne ferais pas la fière.
    Dans ce roman notre cher docteur Lecter n’est pas le sujet principal, non, le monstre de ce premier tome à une tout autre dimension. Il se nomme le dragon rouge, un être complexe et tyrannique, habitant au sein d’un homme prisonnier de son passé.
    Ce premier tome nous permet de comprendre la plume de Thomas Harris, d’en comprendre tout l’étendue et la complexité. Ce n’est pas chose aisé de présenté l’horreur de l’âme humaine, mais Harris y est arrivé. 
    La plume de Thomas Harris à une subtilité, une poésie pour décrire le macabre, qui ajoute une touche artistique à l’horreur du roman.
    Ce livre m’a donné des sueurs froides et je ne pouvais pas le lire le soir avant de dormir, mais j’ai aimé ma lecture autant qu’elle m’a dégoûté. 
    Le tome 3 et 4 m’attendent sagement dans ma pile à lire et je me ferais une joie de les ouvrir dès que le tome 2 sera entre mes mains. 

     

  • Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    La destinée des désolations, tome 1

    « Comment un monde livré à lui-même pouvait-il s’en sortir? Car sans principes, sans morale, l’humanité existait-elle encore? »

     

    Titre : La destinée des désolations, tome 1

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Édition : auto-édité

    Genre : SF

    3/5

     

     

     


    Synopsis

     Dans un futur proche, Casey Alexander parcourt les restes du monde, avec un seul but en tête : trouver un havre de paix. Au cours de son périple, il rencontrera ses futurs alliés… Comme ses futurs ennemis ! En leur compagnie, Casey tentera l’impossible pour survivre et trouver une terre accueillante où vivre…


    Mon Avis
    La destinée des désolations est un curieux mélange entre Mad Max et « Marche ou crève » de Richard Bachman (alias Stephen King). Nous commençons l’histoire en découvrant un homme errant sur une terre désolée. Impitoyable, il est prêt à tous pour survivre. Car c’est ce dont il s’agit dans ce livre, la survie. 
    Cependant, un point m’a quelque peu choqué au début du récit. La mort d’un enfant, celle-ci nous est présentée avec une telle désinvolture ! La sensation de désolation est présente dès le récit, lorsque le personnage principal retrouve les restes d’un ours en peluche délabré est un bon exemple.

     

    Suite à ces évènements, je ne savais pas encore ce que je pensais du roman. Puis, d’un coup nous quittons le désert pour nous retrouver dans une sorte de royaume improvisé. La transition était peut être un peu trop brusque et je n’ai pas tout de suite compris où voulait en venir l’auteur.
    L’intrigue commence alors à fleurir, à se mettre en place et je commence à comprendre qu’elle histoire veut nous présenter l’auteur.
    Et c’est terminé.. J’ai trouvé que le roman était beaucoup trop court ! 
    J’ai envie de savoir la suite, de suivre les personnages dans leurs périples. 
    La plume de l’auteur est attrayante, son histoire est intéressante et promet une belle aventure, mais pour un premier tome, c’est un peu trop court. 
    En tout cas, je vous conseille ce roman parce que je pense que l’aventure qu’il nous promet est vraiment super ! Ce côté post-apocalyptique à la Mad Max m’a aussi rappelé la BD « Seuls ».

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/arnaudniklausecrivain/

    Amazon : https://amzn.to/2Lpl1ny


     

neque. massa dolor nunc leo consectetur id libero tristique ut