• Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Memento Mori

    « Souviens-toi que tu es mortel et que tu vas mourir »

     

    Titre : Memento  Mori

    Auteur : Guillaume F.Osgart

    Édition : Auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-horreur

    4/5

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Ça vous dirait de suivre un tueur à gages hanté par ses démons, une famille de psychopathes normands, deux sorcières aussi cruelles que bestiales ? D’assister à la mise aux enchères d’un ange ? De découvrir une nouvelle technologie apportant l’immortalité ou une téléréalité avec des zombies ?
    Alors, venez-vous perdre dans la dizaine d’histoires qui composent cet ouvrage !

    AVERTISSEMENT : Pour public averti ! Certains passages comportent des scènes de violence explicites qui peuvent heurter la sensibilité du lecteur.


    Mon Avis

    Et oui encore un ! Vous le savez maintenant, les recueils de nouvelles sombres et horrifiques sont devenus mon nouveau « péché livresque ».

    J’ai beaucoup aimé découvrir ce nouveau recueil, j’ai toujours l’impression qu’à force de lire ce genre de nouvelles, je me suis habitué à l’impact que celles-ci peuvent avoir durant ma lecture. C’est généralement quand on pense qu’il n’existe rien de pire, que quelque chose vient vous prouver le contraire.

    C’est ce qu’il s’est passé pour ce roman, bien que l’auteur m’ait prévenu, j’ai été surprise de l’horreur que j’y ai trouvé. J’ai été impressionné de la facilité dont Guillaume F.Osgart a fait preuve pour écrire ses nouvelles. Sa plume est agréable et nous plonge rapidement dans une atmosphère oppressante et stressante. Ce qui nous permet de ressentir avec facilité la dureté et l’atrocité des actes commis dans les nouvelles.

    Ce recueil à un aspect très intéressant, car certaines des nouvelles se suivent. C’est assez rare de pouvoir trouver une suite à une nouvelle et le choix de Guillaume F.Osgart est non seulement innovateur et rafraîchissant, mais il ajoute une particularité au récit.

    Ce qui fait le point majeur de ce recueil, ce n’est pas l’horreur qu’on y trouve, ni la plume de l’auteur, c’est l’étrange et désagréable réalisation que ce que nous raconte Guillaume F.Osgart sont des situations réelles (à quelques exceptions près).

    L’une des nouvelles qui m’a particulièrement touchée, s’intitule : Beautiful people. Il s’agit d’une histoire de harcèlement qui vire au cauchemar après que la victime se soit publiquement suicidée.

    Beaucoup de ces nouvelles peuvent être perçues comme des témoignages, une manière d’illustrer la cruauté de l’être humain. « Memento Mori » est un rappel de notre mortalité, mais j’ai l’impression, que le fait d’avoir choisi ces deux mots pour ce recueil a une signification particulière. Ces histoires, aussi horribles soient telles, ne sont pas un rappel de notre mortalité. Mais plutôt une prise de conscience de la cruauté et de la folie de certains êtres humains.

    J’ai hâte de voir ce que cet auteur nous réserve pour la suite et surtout, si sa plume arrivera encore à repousser les limites du macabre et de la folie.

    Je conseille ce livre pour tous les lecteurs habitués du genre.

    Memento Mori est une invitation à plonger dans les esprits les plus détraqués pour le meilleur, et surtout le pire.

    Je vous en parle en vidéo ! (21:16) https://www.youtube.com/watch?v=BY9vpAgPmPA


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/guillaumefosgartauteur/

    Acheter son roman : https://amzn.to/2yKPQuN


     

  • Nouvelles,  Policier/Thriller,  Service Presse,  SF

    Horizons Funèbres

     

    Titre : Horizons Funèbres

    Auteur : Michael Fenris

    Édition : Évidence édition

    Genre : SF/Thriller/Fantastique

    4/5

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Qu’il prenne la forme d’une paire d’ailes, d’araignées venimeuses, d’un prédicateur, d’un pantin de bois, d’une jeune Indienne perdue ou encore d’un tremblement de terre, le destin n’est jamais celui que l’on croit. Il frappe aussi bien dans un funérarium que dans un bar miteux, au Japon en 1945 comme à Noël sous la neige ou sur une plage d’Indonésie dévastée par un tsunami. Il se joue de nous et impose ses propres règles, le plus souvent tragiques.
    Et pour les protagonistes de ces histoires, l’horizon ne saurait être que funèbre… Seize nouvelles entre drame, thriller, horreur et fantastique, ou seize façons de réécrire l’avenir…


    Mon Avis

    Horizons Funèbres est un douloureux et magnifique rappel de notre humanité et de notre libre-arbitre. J’ai beaucoup aimé le message transmis par l’auteur à travers une grande partie des nouvelles. Autrement dit, ne pas se prendre pour Dieu et ne pas chercher à déjouer mère nature.

    Nous sommes ce que nous sommes, le mieux c’est de l’accepter.

    Horizons Funèbres est un recueil de nouvelles pour la plupart très sombres et se terminant mal.

    La plume de Michael Fenris est fluide, mélancolique et présente une cohérence agréable. Les nouvelles se lisent rapidement et nous rentrons facilement dans l’histoire. Il y a une certaine « intensité » dans ces nouvelles, vous allez pouvoir passer d’une nouvelle extrêmement violente et désagréable. À une nouvelle plus tempérée et qui se finit plutôt bien.

    Toujours dans l’écriture, je ne peux m’empêcher de mentionner le meilleur atout de ce roman qui est..le retournement de situation ! Une grande partie des nouvelles réserve une agréable et surprenant surprise sur la fin. C’est le point fort de ce recueil, chaque nouvelle est unique et fais passer un message très fort en plus de surprendre le lecteur.

    Concernant les personnages, il y a un éventail de personnalités très impressionnant. Vous pouvez aussi bien vous prendre d’empathie pour un personnage comme vous pouvez vous prendre d’aversion pour un autre. Chacun a une vraie profondeur, des rêves, des peurs et une manière de réfléchir bien à lui. On peut facilement s’identifier à un personnage et comprendre les sentiments qui l’animent. Ce n’est déjà pas chose facile pour un roman, mais pour des nouvelles ! Bravo à l’auteur pour avoir réussi cette prouesse littéraire.

    Je terminerais cette chronique en vous parlant de la première nouvelle du recueil. Elle s’intitule Alula. De la pure SF, cette nouvelle nous présente un monde presque post-apocalyptique dans lequel règne une « lèpre jeune », sorte de fumée qui empoisonne l’air et détruit tout organisme vivant à petit feu.

    Cette nouvelle reprend un grand rêve de l’humanité, celui de pouvoir voler. C’est un mélange du mythe d’Icare avec la science d’aujourd’hui. J’ai beaucoup aimé commencé ce recueil avec nouvelle, j’ai trouvé que c’était une belle entrée en matière pour la suite du recueil. Elle annonce parfaitement le genre des autres histoires qui vont suivre.

    Ce recueil nous montre une désillusion de la part de l’être humain sans forcément rentrée dans quelque chose de sévère. C’est un doux rappel à l’ordre ponctué d’un peu de magie. Il faut savoir trouver un juste en milieu entre ses rêves et la réalité.

    Avec Horizons Funèbres, je vous invite à rencontrer le destin de plusieurs personnages aux caractères étonnants ayant décidé de sortir des sentiers battus au péril de leurs vies, mais surtout…de leurs libertés.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/michaelfenris/

    Ses romans : https://amzn.to/2T4ZVfK

  • Nouvelles,  Service Presse

    Les brumes du labyrinthe

     

     

    Titre : Les brumes du labyrinthe

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Édition : auto-édité

    Genre : Nouvelles

    4/5

     

     

     


    Synopsis

    Surgit de ses rêves les plus angoissants, Arnaud NIKLAUS nous emmène de l’autre côté de l’Atlantique pour nous les raconter. Ces huit nouvelles, où ses héros et héroïnes doivent tenter d’échapper aux tristes sorts qui leur sont réservés, sont aussi différentes que sombres. Personnages tourmentés, monstres et morts sont omniprésents dans ces pages.

    EXTRAITS :

    « Alors que Jenny se demandait que faire maintenant, la créature se mit à bouger. J’aurais dû lancer plus fort, se dit-elle. N’écoutant que son instinct de survie, elle se précipita sur la porte, la déverrouilla, et s’enfuit dans le couloir. »

    « Pour toute réponse, elle lui tendit son dessin. Ce dernier représentait une petite fille au visage triste, à côté d’un arbre. Toute la scène avait été dessinée au feutre noir. Une corde reliait le cou de la fillette à une branche. Un cœur noir trônait sur son buste. Mon Dieu ! Comment une enfant aussi jeune a pu dessiner une scène aussi atroce ? pensa Sarah. »

    « Quand il pénétra dans son jardin, il repéra immédiatement des traces de pas qui sortaient de la forêt. Il les suivi et constata qu’elles menaient à l’accès extérieur de sa cave. Samuel avait peur, car il se demandait quel genre d’animal pouvait avoir l’intelligence suffisante pour ouvrir et fermer une porte.’


    Mon Avis

    Récemment, je me suis aperçue que les seuls recueils que je lis sont ceux contenant des nouvelles d’épouvante, d’horreur et présentant beaucoup de situations très sombres et mystérieuses.

    J’ai beaucoup aimé ma lecture et ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que la plupart des nouvelles présentaient un retournement de situation que je n’ai pas réussi à prédire. Ça fait très longtemps qu’un récit ne m’avait pas surprise de cette façon et j’ai aimé retrouvé cette sensation.

    Un autre point positif concernant ce recueil c’est sa diversité, les nouvelles abordent beaucoup de sujets très différents et surprenants.

    Encore une fois, j’ai apprécié retrouver la plume d’Arnaud Niklaus dans un nouveau registre. Son écriture est fluide, intrigante et quelque fois déstabilisante, dans le bon sens du terme.

    Concernant les nouvelles, je vous parle de l’une d’elle avec plus de détails dans cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=v5-ih2LaMyM

    Pour finir, je vous recommande bien sûr ce recueil, mais surtout Arnaud Niklaus. Je trouve que cet auteur a un grand potentiel,  et son écriture est très intéressante et surprenante.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/arnaudniklausecrivain/

    Amazon : https://amzn.to/2Woweei

    Site : http://arnaud-niklaus.e-monsite.com/


     

     

  • Nouvelles,  Service Presse

    La guerre des clowns

     

    Titre : La guerre des clowns

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Édition : auto-édité

    Genre : Nouvelles

    4/5

     

     

     

     


    Synopsis

    Dans le futur, le danger ne viendra pas forcément du réchauffement climatique… Mais plutôt des clowns !


    Mon Avis

    Une courte lecture très intéressante !

    J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, l’intrigue proposé par l’auteur est peut être simple, mais ça marche !

    L’un des points les plus intéressant dans cette nouvelle, c’est l’équilibre qu’on retrouve entre macabre et satire. Un mélange hilarant qui apporte de la légèreté à l’horreur présenté par le récit. J’adore retrouver ces mélanges dans mes lectures, particulièrement quand l’objet tourné en dérision est une chose monstrueuse.

    Dans cette histoire, les clowns sont devenus des tueurs sanguinaires. Un aspect qui m’a beaucoup rappelé Ça de Stephen King. Ce sont eux qu’Arnaud Niklaus à choisis de tourner en dérision, nous les montrant comme des gros balourds qui ne savent pas trop ce qui leur arrive.

    Le seul point négatif que je pourrais soulever pour ce roman, c’est que ça aurait pu être un roman plutôt qu’une nouvelle. Je trouve qu’il y a vraiment quelque chose à exploité dans l’histoire écrite par Arnaud Niklaus. Cette nouvelle est très bien travaillée, on a une héroïne avec une mission et des monstres à chassé, un schéma qui marche et qui plaît. D’autant plus que le côté clowns tueurs est très prometteur et innovant, alors pourquoi ne pas en faire un roman ?

     

    Bien sûr, je ne recommande pas ce roman pour les lecteurs atteint de coulrophobie.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/arnaudniklausecrivain/

    Amazon : https://amzn.to/2ZbtvSl

    Site : http://arnaud-niklaus.e-monsite.com/


     

  • Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Le couloir des ténèbres

    « Pour couronner le tout, ce bruit qu’il assimilait désormais à une respiration démoniaque, se rapprochait inexorablement. C’était plus fort que lui, il avait peur. Comme si une part de son âme savait ce que son esprit ignorait.”

     

    Titre : Le couloir des ténèbres

    Auteur : Sylvain Silvestro

    Édition : auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-Horreur

    4/5

     

     


    Synopsis

    L’homme se réveille dans l’obscurité totale. Il n’entend rien, ne ressent rien et comme si cela ne suffisait pas, il ne ne souvient même pas de son nom…


    Mon Avis
    Vous savez comment je suis avec les nouvelles, généralement, j’ai du mal avec, car j’ai une impression « d’histoires inachevées ». Ici, ce n’est pas le cas, je pense que c’est l’une des meilleures nouvelles que j’ai pu lire.
    Le couloir des ténèbres est une nouvelle d’horreur et j’ai commencé à la lire avec pour seule attente de retrouver une ambiance correspondant au genre de la nouvelle. Je n’ai pas été déçu, le frisson et l’appréhension était au rendez-vous et j’ai passé un agréable moment. 
    La nouvelle commence sur la « naissance » du personnage principal, nous nous retrouvons face à un homme seul et apeuré, incapable de voir et d’entendre ni de sentir ses propres membres. J’ai vraiment ressenti le début du récit comme une naissance, un peu comme si le personnage se trouvait dans le ventre de sa mère, aveugle, sourd et insensible à son propre corps pour finalement évacué toutes ses peurs avec un hurlement. 
    Après ce premier évènement, l’horreur prend vie, le personnage se retrouve dans un couloir sans fin dans lequel il doit avancer et passer des portes portant un numéro différent. Cette idée de porte m’a d’abord fait penser aux films Saw, mais la réalité est bien différente. 
    Notre personnage principal est amnésique au réveil et à chaque fois qu’il passe une porte un moment horrible de sa vie lui revient en mémoire. Plus les souvenirs lui reviennent et plus l’horreur monte en crescendo.
    Le point le plus impressionnant de cette nouvelle est dans l’évolution de la narration, plus le personnage principal se rappelle de son identité et plus l’écriture évolue et devient personnelle. 
    Si vous aimez les histoires d’horreurs ou que vous êtes en quête de frissons, je vous recommande cette courte nouvelle.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/sylvain.silvestro.auteur/

    Instagram : https://www.instagram.com/sylvain_silvestro_auteur/

    Amazon : https://amzn.to/2CYXFQk


     

  • Drame,  Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Terminus pour l’humanité

     

     

    Titre : Terminus pour l’humanité

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Edition : auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-horreur

    4/5

     

     

     

     


    Synopsis

    Avec Arnaud Niklaus, l’horreur rôde dans les lieux les plus surprenants et prend les formes les plus inattendues. Le mal se cache souvent sous une apparence innocente : le sourire d’une belle-mère, une serveuse sympathique, ou encore un enfant. D’une écriture simple, directe, l’auteur nous fait découvrir de nouveaux territoires, aux confins de l’étrange et du fantastique. Huit nouvelles pour trembler et découvrir toutes les facettes de l’horreur…


    Mon Avis
    C’est le meilleur recueil de nouvelles que j’ai jamais lu. Un mélange parfait entre terreur, frissons et humour noir. Cela faisait très longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait frissonner, je n’ai pas osé le lire le soir avant de m’endormir pour tout vous dire. 
    Ce qu’il y a de particulier dans ce recueil, c’est l’intrigue des nouvelles, quand vous commencez votre lecture tout va bien, mais au fur et à mesure que vous avancé dans l’histoire vous pressentez que ça ne va pas bien se terminer…
    Toutes les nouvelles à une exception près se terminent mal. Par moment, j’ai eu la chair de poule et la fin de certaines nouvelles m’a fait sourire.
    J’aime l’humour noir et on est en pleins de dedans…
    Dans ce recueil, l’auteur nous montre que le mal est partout, il promettait de nous montrer les facettes de l’horreur dans son synopsis et il a tenu sa promesse.
    Il y a une nouvelle dont j’aimerais vous parler, car elle m’a marqué par ce qu’elle dénonçait.
    Elle s’intitule « L’appel aux armes », on y découvre un jeune garçon investit d’une mission, un enfant dont la vision à été biaisé par un nouvel ami sur les réseaux sociaux.
    Dans cette nouvelle, Arnaud Niklaus nous parle de l’endoctrinement d’un jeune garçon qui ne se rend compte que trop tard de ce qu’il s’apprête à commettre. 
    J’ai vraiment été impressionné de la façon dont il décrit les pensées du garçon, de la manière dont sa vision de la civilisation américaine change au fil de l’histoire. Ce qui m’a le plus ému, c’est qu’il n’a que 10 ans. 
    Le plus choquant dans cette nouvelle, c’est le moment où le garçon réalise la véritable porté de sa mission et les conséquences. 
    Beaucoup de nouvelles dans ce recueil ont un sens caché, une signification plus profonde qui se cache derrière les facettes de l’horreur. La peur de vieillir, celle de mourir ou encore la liberté.
    Si vous aimez frissonner, l’humour noir et les histoires qui se finissent mal alors ce recueil de nouvelles va vous plaire !

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/arnaudniklausecrivain/

    Amazon : https://www.amazon.fr/Arnaud-Niklaus/e/B07CZ214NW/ref=sr_ntt_srch_lnk_1?qid=1532959902&sr=1-1


     

  • Nouvelles,  Service Presse

    Voyage au pays de l’envie

    « Il m’est arrivé de penser que le poète est le prophète de sa propre vérité. C’est le cas ici. Par des mots simples, mais un regard unique, nous entrons dans l’univers de Frédèric Marcou »

     

     

    Titre : Voyage au pays de l’envie

    Auteur : Frédéric Marcou

    Édition : Auto-édité

    Genre : Nouvelles

    3/5

     

     


    Synopsis

    Ce livre est un recueil de cinq nouvelles fantastiques teintées de science-fiction. Il se veut ancré dans la réalité tout en laissant une large place à l’imagination et à l’imaginaire.


    Mon Avis
    Normalement, j’ai beaucoup de mal à lire et à apprécier les nouvelles, j’ai besoin de plus de détails, de savoir le fond de l’histoire, etc…
    Cependant, j’ai beaucoup aimé lire ce recueil, il n’y qu’une nouvelle qui m’a fait ressentir le besoin dans savoir plus, peut-être parce que sa chute était très brutale.
    Lorsque l’on commence à lire ce recueil, nous découvrons quelques mots de l’auteur, celui-ci partage avec nous son opinion sur la nouvelle et pourquoi il a décidé d’écrire ce livre. Il est rare de trouver ces passages dans un récit, ou alors l’auteur nous parle à travers son personnage. Je trouve que c’est une bonne idée de partager cette opinion avec le lecteur, car cela permet d’établir un lien avec lui.
    Parlons maintenant de la Préface, au début j’ai trouvé qu’elle nous dévoilait beaucoup trop les nouvelles, je pensais qu’il n’y aurait plus de surprise. Mais en lisant les nouvelles, je pense qu’elle est utile au lecteur, celui-ci en lisant la Préface ce fait une idée, imagine le récit qu’il va découvrir dans les nouvelles et quand il commence à les lire, il y a deux réactions. Soit il est surpris parce que ce n’est pas ce qu’il s’était imaginé, soit c’est pile ce à quoi il s’attendait et dans ce cas il n’est pas déçu. 
    Bien que la Préface semble nous donner beaucoup de détails sur les nouvelles, elle est utile au lecteur.
    La première nouvelle s’intitule « Il ne vous reste plus qu’à signer », elle s’inspire de la réincarnation du Dalaï-lama. Étant donné que ma mère est bouddhiste, je connais cette histoire, j’ai donc pu voir de qu’elle façon l’auteur avec réinterprétè cette réincarnation.
    Lorsque les moines venus informer la famille que leur fils est la réincarnation de l’écrivain, doivent le prouver, ils utilisent les « outils » d’un écrivain. Frédèric Marcou s’immisce dans cette nouvelle d’une manière très humoristique.
    La seconde nouvelle, « Damnation » est ma préférée. L’auteur nous informe qu’il s’agit à la base d’un roman qu’il a raccourci. Pourquoi ? Je suis sûr que cette nouvelle, transformée en roman pourrait donner quelque chose de génial, il faut creuser l’idée ! « Damnation » est inspirée du mythe de Sisyphe, mais je me refuse à vous en dire plus parce que je l’ai trouvé super intéressante. J’y ai trouvé un renversement de situation comme je les aime et c’est pourquoi je suis sûr que le roman de cette nouvelle vaut le détour.
    La troisième nouvelle s’appelle « Rêve impromptu », inspirée d’un rêve fait par l’auteur. Dans cette nouvelle, l’écrivain nous présente une société dans laquelle les magiciens n’ont pas leurs places. Curieusement, j’ai eu le sentiment que si on avait remplacé le mot magicien par écrivain, ça aurait très bien pu fonctionné. C’est comme si, dans cette nouvelle l’écrivain dénonçait ou défendait quelque chose. En tout cas, c’est ainsi que j’ai interprété cette nouvelle, j’ignore si c’est ce que voulait dire l’auteur en l’écrivant.
    La quatrième nouvelle dont j’ai malheureusement oublié de parler dans la vidéo update lecture qui paraîtra dans quelques jours, a pour titre  » Homo sapiens neandertalis ». Dans cette nouvelle plutôt singulière, l’auteur nous présente un aspect de l’être humain qu’on ne remarque pas toujours. Il est question de succès, de réussite et de gloire, mais aussi de jalousie.

    La cinquième et dernière nouvelle s’intitule « Une autre forme de mort » . Cette nouvelle est très particulière, elle présente une touche artistique. Je trouve qu’elle clôture à merveilles le recueil et qu’elle représente, comme son nom titre l’indique, une autre forme de mort.

    L’auteur & le livre

    Blog : https://www.atramenta.net/authors/frederic-marcou/455


     

  • Nouvelles

    British and American Short stories

    « Then suddenly she turned on the light and saw her son madly rocking on the wooden horse. The fierce light suddenly lit him up and lit her up as she stood in her dress of pale green in the doorway »

    The Rocking-Horse Winner
    Titre : British and American Short stories
    Auteur : Collectif
    Édition : (la mienne) Longman
    Genre : Nouvelles
    4/5 (Bien)

    Synopsis
    Un recueil de nouvelles traitant sur divers sujets tels que la mort, la souffrance, mais également sur notre jugement de certaines choses, qui à nos yeux n’ont aucune importance.

    Mon Avis
    Une lecture intéressante, bien qu’il s’agisse de nouvelles. Comme vous le savez, pour moi les nouvelles sont beaucoup trop courtes à mon goût, j’ai besoin de savoir « l’histoire » du récit, la provenance des personnages, ce qu’ils comptent faire par la suite, etc…
    À part deux ou trois nouvelles qui m’ont fait cet effet, j’ai bien aimé les histoires mise en avant dans ces courts récits.
    Celle qui a plus particulièrement retenue mon intention s’intitule « the rocking-horse winner » by D.H.Lawrence. Une histoire surprenante et captivante.
    Paul est un jeune garçon dont la famille rencontre des problèmes financiers. Ne comprenant pas tout à fait de quoi il retourne, il se contente de jouer sur son cheval à bascule, qui un beau jour prend vie. Il s’avère que ce simple cheval de bois possède le moyen de sauver la famille de Paul de la ruine…
    J’ai beaucoup aimé cette nouvelle, même si elle fini par prendre une tournure assez sombre et effrayante.
    The British and American Short Stories est un livre que je conseillerais à ceux et celles qui aiment les nouvelles. Rassurez-vous, si vous avez un peu de mal en anglais il est vraiment très simple à comprendre. Je pense que même un élève de collège pourrait le lire et comprendre l’intrigue. Ce sont des récits intéressants à découvrir.

     

  • Classique,  Nouvelles

    Contes du jour et de la nuit

     

    Titre : Contes du jour et de la nuit

    Auteur : Maupassant

    Édition : Le Livre de Poche

    Genre : Classique/Nouvelles

    3/5 (Sympa)

     

     

     

     

     


    Synopsis
    Parricides, ivrognes, enfants pervers, maris aveugles, ravissantes idiotes, bourgeois lâches et mesquins, paysans cruels et cupides, vous ne trouverez dans ce contes, de jour comme de nuits, que de bourreaux ou de victimes. 
    Mais s’ils sont tuer, ils tuent aussi beaucoup, ou se pendent, ou se tirent à la rigueur un coup de revolver dans la bouche par peur de la mort… 

    Mon Avis
    Je trouve que la nouvelle est quelque chose de vraiment frustrant. Sur les 21 nouvelles de ce recueil, seules 1 ou 2 ont réussies à me convaincre. Lorsque je commence une histoire, j’ai besoin de savoir où je vais, de visualiser le passée des personnages, de comprendre leurs actions, etc.. Hors dans ces nouvelles je n’ai rien trouvé de tel, il me manquait ces informations pour pleinement apprécié ma lecture.
    Le style de Maupassant me plait toujours avec ce petit côté mélancolique, romanesque mais également réaliste. 
    Étant donné qu’il s’agit d’une lecture pour l’Université je ne vais pas m’appesantir dessus, en tout cas si vous aimez les nouvelles, les histoires simples et rapides alors je vous conseille cette lecture.

     

odio venenatis, diam ut libero sed id leo.