• Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Memento Mori

    « Souviens-toi que tu es mortel et que tu vas mourir »

     

    Titre : Memento  Mori

    Auteur : Guillaume F.Osgart

    Édition : Auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-horreur

    4/5

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Ça vous dirait de suivre un tueur à gages hanté par ses démons, une famille de psychopathes normands, deux sorcières aussi cruelles que bestiales ? D’assister à la mise aux enchères d’un ange ? De découvrir une nouvelle technologie apportant l’immortalité ou une téléréalité avec des zombies ?
    Alors, venez-vous perdre dans la dizaine d’histoires qui composent cet ouvrage !

    AVERTISSEMENT : Pour public averti ! Certains passages comportent des scènes de violence explicites qui peuvent heurter la sensibilité du lecteur.


    Mon Avis

    Et oui encore un ! Vous le savez maintenant, les recueils de nouvelles sombres et horrifiques sont devenus mon nouveau « péché livresque ».

    J’ai beaucoup aimé découvrir ce nouveau recueil, j’ai toujours l’impression qu’à force de lire ce genre de nouvelles, je me suis habitué à l’impact que celles-ci peuvent avoir durant ma lecture. C’est généralement quand on pense qu’il n’existe rien de pire, que quelque chose vient vous prouver le contraire.

    C’est ce qu’il s’est passé pour ce roman, bien que l’auteur m’ait prévenu, j’ai été surprise de l’horreur que j’y ai trouvé. J’ai été impressionné de la facilité dont Guillaume F.Osgart a fait preuve pour écrire ses nouvelles. Sa plume est agréable et nous plonge rapidement dans une atmosphère oppressante et stressante. Ce qui nous permet de ressentir avec facilité la dureté et l’atrocité des actes commis dans les nouvelles.

    Ce recueil à un aspect très intéressant, car certaines des nouvelles se suivent. C’est assez rare de pouvoir trouver une suite à une nouvelle et le choix de Guillaume F.Osgart est non seulement innovateur et rafraîchissant, mais il ajoute une particularité au récit.

    Ce qui fait le point majeur de ce recueil, ce n’est pas l’horreur qu’on y trouve, ni la plume de l’auteur, c’est l’étrange et désagréable réalisation que ce que nous raconte Guillaume F.Osgart sont des situations réelles (à quelques exceptions près).

    L’une des nouvelles qui m’a particulièrement touchée, s’intitule : Beautiful people. Il s’agit d’une histoire de harcèlement qui vire au cauchemar après que la victime se soit publiquement suicidée.

    Beaucoup de ces nouvelles peuvent être perçues comme des témoignages, une manière d’illustrer la cruauté de l’être humain. « Memento Mori » est un rappel de notre mortalité, mais j’ai l’impression, que le fait d’avoir choisi ces deux mots pour ce recueil a une signification particulière. Ces histoires, aussi horribles soient telles, ne sont pas un rappel de notre mortalité. Mais plutôt une prise de conscience de la cruauté et de la folie de certains êtres humains.

    J’ai hâte de voir ce que cet auteur nous réserve pour la suite et surtout, si sa plume arrivera encore à repousser les limites du macabre et de la folie.

    Je conseille ce livre pour tous les lecteurs habitués du genre.

    Memento Mori est une invitation à plonger dans les esprits les plus détraqués pour le meilleur, et surtout le pire.

    Je vous en parle en vidéo ! (21:16) https://www.youtube.com/watch?v=BY9vpAgPmPA


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/guillaumefosgartauteur/

    Acheter son roman : https://amzn.to/2yKPQuN


     

  • Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Tréfonds

     

    « L’ombre continuait sa progression, imperturbable. Elle savait bien de quoi ces bêtes infâmes se nourrissaient. Elle connaissait parfaitement son chemin »

     

    Titre : Tréfonds

    Auteur : Tom Clearlake

    Édition : Moonlight

    Genre : Thriller/Horreur

    4/5

     

     

     

     


    Synopsis

    Luca Ferrand est un jeune lieutenant de police prometteur.Jusqu’au jour où il commet une erreur irréparable.Six mois de mise à pied. Au matin d’une nuit d’errance dans Pigalle, il rencontre une jeune femme, Tanya. Elle lui dit être menacée et le supplie de l’aider. Ils vivent une nuit d’amour qui les marque du fer de la passion. Lorsqu’il lui dit qu’il est policier et qu’il peut l’aider, elle disparaît. Quelques jours plus tard, il apprend qu’un corps a été retrouvé.Le corps d’une jeune femme, décapité, gisant dans un container au fond d’une impasse de Pigalle. L’autopsie révèle que cette jeune femme s’adonnait à des pratiques sexuelles extrêmes et qu’elle appartenait corps et âme à ceux qui lui ont ôté la vie. Une esclave, entièrement soumise à la volonté de ses maîtres. Sur son corps, un tatouage étrange. Le même que portait Tanya. Malgré sa suspension, Luca va se lancer dans une enquête acharnée qui va peu à peu accaparer sa raison. Il va s’enfoncer dans les bas-fonds des nuits parisiennes à la recherche de Tanya. Mais les voies qu’il empruntera seront sans espoir de retour.


    Mon Avis

    Attention âme sensible s’abstenir !

    J’avais déjà eu un avant-goût de la noirceur du style de Tom Clearlake avec L’essence des ténèbres et cette fois encore, l’auteur repousse toutes les limites.

    Ce roman est une descente aux enfers, aussi bien pour le personnage principal que pour le lecteur. Nous sommes témoins de la déchéance de Luca, jeune policier qui voit son monde s’écrouler du jour au lendemain.

    Un homme qui semble avoir tout perdu, peut-il perdre encore plus ? Il semblerait que oui.

    Dans ce roman, nous explorons la noirceur de l’âme et les pires vices de l’être humain. Luca est un peu comme un ange qui tombe du paradis pour finir aux enfers. Au début de l’histoire, on se dit que ça ne peut pas aller plus mal et on se trompe. 

    Tanya représente une lueur d’espoir auquel le personnage principal décide de se raccrocher, mais cette lumière censée le tirer vers le haut, va pousser Luca à faire des choses inimaginables. Il va devoir pénétrer dans un tout autre monde. Il va découvrir « les bas-fonds de l’humanité » si je puis m’exprimer ainsi.

    Nous avons tous déjà entendu parler du Dark web, que ce soit à la télévision ou dans des journaux, mais jamais je n’avais vu un personnage de roman s’y immiscer volontairement et prendre conscience de cette toute autre réalité.

    L’un des points les plus forts et les plus terribles de ce roman, c’est la réalité de ce que raconte Tom Clearlake. Ce que nous lisons dans ce livre existe probablement dans ce monde. Je parle bien sûr de toutes les pratiques, sévices et non des rites relatés dans le roman.

    Ce qui est particulier dans la lecture de ce roman, c’est que plus nous avançons dans l’histoire et plus nous sommes  obligés de prendre du recul face à l’horreur que nous lisons. Mais là où Tom Clearlake fait fort, c’est que plus on s’immerge dans l’enquête et plus cette horreur est présente. Le lecteur n’a pas le choix, il doit faire face à l’enfer que vit Luca.

    Je n’ai pas été emballé par tout le côté satanique présent dans le roman si ce n’est l’aspect historique qui reflète un grand travail de recherche de la part de l’auteur.

    Les romans de Tom Clearlake se démarquent par l’aversion et la répugnance qu’ils génèrent chez le lecteur, mais la plume de l’auteur est très fluide et agréable à lire.

    Si vous avez le cœur bien accroché et que vous êtes adeptes des thrillers d’horreur qui vous donne la chair de poule et un peu la nausée, alors je vous conseille vivement ce roman.


    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/t.clearlake

    Site : https://www.tomclearlake.com/


     

  • Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Le couloir des ténèbres

    « Pour couronner le tout, ce bruit qu’il assimilait désormais à une respiration démoniaque, se rapprochait inexorablement. C’était plus fort que lui, il avait peur. Comme si une part de son âme savait ce que son esprit ignorait.”

     

    Titre : Le couloir des ténèbres

    Auteur : Sylvain Silvestro

    Édition : auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-Horreur

    4/5

     

     


    Synopsis

    L’homme se réveille dans l’obscurité totale. Il n’entend rien, ne ressent rien et comme si cela ne suffisait pas, il ne ne souvient même pas de son nom…


    Mon Avis
    Vous savez comment je suis avec les nouvelles, généralement, j’ai du mal avec, car j’ai une impression « d’histoires inachevées ». Ici, ce n’est pas le cas, je pense que c’est l’une des meilleures nouvelles que j’ai pu lire.
    Le couloir des ténèbres est une nouvelle d’horreur et j’ai commencé à la lire avec pour seule attente de retrouver une ambiance correspondant au genre de la nouvelle. Je n’ai pas été déçu, le frisson et l’appréhension était au rendez-vous et j’ai passé un agréable moment. 
    La nouvelle commence sur la « naissance » du personnage principal, nous nous retrouvons face à un homme seul et apeuré, incapable de voir et d’entendre ni de sentir ses propres membres. J’ai vraiment ressenti le début du récit comme une naissance, un peu comme si le personnage se trouvait dans le ventre de sa mère, aveugle, sourd et insensible à son propre corps pour finalement évacué toutes ses peurs avec un hurlement. 
    Après ce premier évènement, l’horreur prend vie, le personnage se retrouve dans un couloir sans fin dans lequel il doit avancer et passer des portes portant un numéro différent. Cette idée de porte m’a d’abord fait penser aux films Saw, mais la réalité est bien différente. 
    Notre personnage principal est amnésique au réveil et à chaque fois qu’il passe une porte un moment horrible de sa vie lui revient en mémoire. Plus les souvenirs lui reviennent et plus l’horreur monte en crescendo.
    Le point le plus impressionnant de cette nouvelle est dans l’évolution de la narration, plus le personnage principal se rappelle de son identité et plus l’écriture évolue et devient personnelle. 
    Si vous aimez les histoires d’horreurs ou que vous êtes en quête de frissons, je vous recommande cette courte nouvelle.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/sylvain.silvestro.auteur/

    Instagram : https://www.instagram.com/sylvain_silvestro_auteur/

    Amazon : https://amzn.to/2CYXFQk


     

  • Épouvante-Horreur,  Fantastique,  Policier/Thriller,  Service Presse

    L’essence des ténèbres

    « Plus il s’enfonçait au cœur des forêt, plus la sensation qu’il ressentait depuis le début de sa mission s’intensifiait. Une sorte de vide se faisait en lui-même. Comme si sa flamme de vie se retenait de briller, pour se préserver d’un souffle obscur »

     

    Titre : L’Essence des Ténèbres

    Auteur : Tom Clearlake

    Édition : Moonlight

    Genre : Thriller/Epouvante-Horreur/Fantastique

    3/5

     

     

     


    Synopsis

     La petite ville de St. Marys est frappée par des disparitions d’enfants inexpliquées. Cinq au total, en l’espace de quatre mois. Bien qu’aucun indice formel n’ait été relevé par les forces de police, tout porte à croire qu’il s’agit d’enlèvements. Le FBI est chargé du dossier. L’agent spécial Eliott Cooper est envoyé sur place pour enquêter. Peu à peu, il va être confronté à des faits qui ne relèveront plus de ses compétences d’agents, mais de sa capacité à lutter contre un mal obscur qui semble s’être emparé des forêts alentour de la ville… et ce n’est que le début de son enquête.


    Mon Avis
    L’Essence des Ténèbres est un roman très intriguant, je peux dire que c’est l’une des histoires les plus sombres et déstabilisante que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. J’ai bien aimé ma lecture, mais ce, jusqu’à un certain point. 
    En effet, à un moment du récit, l’histoire bascule totalement dans un côté très mystérieux et fantastique. J’aurais aimé garder l’atmosphère du début, lorsque l’enquête commence et que l’ambiance devient sombre et oppressante sans basculer vers le surnaturel. 
    Le mélange fonctionne en tout cas, tout au long du récit nous retrouvons un juste équilibre entre thriller et surnaturel qui ai très bien réalisé.
     L’un des points forts de ce récit est la façon dont l’auteur arrive à nous faire prendre conscience de l’horreur et du cauchemar que vit le personnage principal. C’est la première fois qu’un roman réussit à me donner littéralement la nausée. Je le dis en tant que compliment, au début du récit lorsque Eliott prend conscience de ce qu’il vient de lui arriver, j’ai vraiment cru que j’allais vomir en même temps que lui. 
    Ce n’est pas évident de réussir à retranscrire l’horreur à l’état pur dans un roman et je salue Tom Clearlake pour cet exploit. Je pense même que ce premier passage m’a « anesthésié » pour la suite du livre.
    D’un point de vue général, c’est une histoire très dense qui regorge de détails et de rebondissements que ce soit la façon dont les évènements s’enchaînent ou comment les personnages évoluent dans le récit. 
    Le roman possède aussi un côté très mystique qui vient renforcer l’ambiance mystérieuse et déstabilisante du récit. Je pense que je me replongerais une nouvelle fois dans ce roman afin d’éclairer certains éléments restés dans l’obscurité.
    Souhaitez-vous avoir un aperçu de ce qui se cache dans les ténèbres ? Rencontrer des êtres vils et obscurs ? Aspirez-vous à être témoin de l’horreur à l’état pur ?
    Si c’est le cas, je vous conseille vivement de découvrir ce roman.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.tomclearlake.com/

    Site : https://www.facebook.com/t.clearlake

    Amazon : https://amzn.to/2F0d7wO


     

  • Drame,  Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller,  Service Presse

    Sans l’ombre d’une chance

    « La nature profonde d’un être humain peut-elle ressurgir n’importe quand ? »

     

    Titre : Sans l’ombre d’une chance

    Auteur : Mégane Brass

    Édition : auto-édité

    Genre : Thriller/Epouvante-horreur/Drame

    4/5

     

     

     


    Synopsis

    Envie de frissonner ? Plongez au cœur même de l’horreur absolue !
    Un thriller haletant dont vous n’en ressortirez pas indemne…
    Éric Hoffman, héros principal de l’histoire, passait son temps à fuir son passé, et vagabondait sans bu précis. Refoulant son côté obscur en permanence, un jour, il eut une révélation, scellant son destin à jamais. Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms et les personnages sont le fruit de l’imagination de l’auteur. Toute ressemblance avec des personnages réels, vivants ou ayant existé, serait pure coïncidence. Certains passages peuvent heurter la sensibilité du lecteur.


    Mon Avis
    J’ai adoré ce roman ! En le commençant, je souhaitais trouver une atmosphère oppressante, dérangeante, qui vous donne des frissons et c’est exactement ce que j’ai eu !
    La premier point que j’ai aimé dans ce roman, c’est le basculement que nous avons au début de l’histoire. 
    Premier chapitre, ça va, mais on sent que quelque chose cloche. Au fur et à mesure qu’Éric Hoffman, le personnage principal, se remémore son enfance, nous voyons son passé défilé devant nos yeux et, avec lui, vient s’installer une ambiance sombre, malsaine et froide. 
    C’est alors qu’on passe au chapitre 2, quelque chose s’est rompu chez notre héros, comme si les atrocités de son enfance, s’étaient emparées de lui. L’auteure ne perd pas de temps pour nous décrire ce qui nous attend, en nous dévoilant un massacre effroyable à peine quelques pages plus loin.
    On rentre tout de suite dans le vif du sujet et ça m’a plu. 
    Ce roman m’a tenu en haleine du début jusqu’à la fin !
    L’histoire est bien menée, avec des rebondissements et des suspens quand il le faut. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman.
    Ce genre d’histoire, c’est un peu comme un accident de voiture, même si c’est horrible, vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder.
     Le fait que le personnage principal soit un psychopathe et que le lecteur soit dans sa tête est un choix très intéressant !  
    J’ai particulièrement aimé la manière dont le personnage était construit, d’une part vous avec le psychopathe froid, calculateur, manipulateur et tueur sanguinaire. Cependant, si on regarde davantage, on peut discerner un autre visage chez Éric Hoffman, celui du jeune enfant terrifié que son père enfermait dans la grange.
    Vous savez à présent que j’aime retrouver ce genre de fissure chez les personnages de mes lectures. Peu importe qu’Éric soit un être abominable, j’ai eu l’impression que l’auteure tentait à plusieurs reprises, de l’humaniser au fil du récit. 
    Car oui, Éric Hoffman à un cœur, même si celui-ci est sombre, craquelé et qu’il bat en apercevant la terreur dans les yeux de ses victimes. 
    Je conseille vivement ce roman à tous ceux qui aiment les thrillers sombres, angoissant, un peu dérangeant et dans lesquels, le bien et le mal joue au chat et à la souris.

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/auteurderomans/

    Amazon : https://amzn.to/2QA32df


     

  • Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller

    Hannibal, tome 1 : Dragon Rouge

    « Il pouvait voir l’empreinte d’un visage quand l’éclair illuminait la rue. Un front et un nez, une bouche et un menton, un visage percé de larmes de pluie. Un visage sans yeux, un visage de pluie« 

     

    Titre : Hannibal, tome 1 : Dragon Rouge

    Auteur : Thomas Harris

    Edition : Albin Michel

    Genre : Thriller/Epouvante-horreur

    5/5

     

     

     

     


    Synopsis

    À un mois d’intervalle, deux familles entières sont massacrées à leur domicile, l’une à Birmingham, l’autre à Atlanta. Jack Crawford, chef du département des Sciences du comportement du FBI, charge Will Graham de trouver celui que la presse a baptisé « le Dragon rouge ». Par le passé, Graham a montré une aptitude incroyable à se mettre dans la peau d’un psychopathe en arrêtant le Dr. Hannibal Lecter, un assassin bestial. Il consulte donc Lecter, désormais emprisonné à vie, pour comprendre et analyser les comportements du tueur. Il constate qu’il a sévi la première fois un soir de pleine lune, et la seconde un jour avant la fin du mois lunaire. Le FBI a donc un peu plus de trois semaines pour mettre fin à ce carnage.


    Mon Avis
    Hannibal Lecter est un personnage qui m’a fasciné lorsque j’étais plus jeune. La première fois que j’ai vu le film Dragon Rouge je devais avoir 13 ans je pense. J’ai aimé l’histoire, mais elle m’a dégoutée. Vous savez c’est comme ces choses qui vous fascinent parce qu’elles sont horribles, elles vous dégoûtent, vous font peur. Pourtant, vous ne pouvez pas vous empêcher de regarder, de les observer.  
    Hannibal Lecter, c’est ma lecture coupable, j’aime le personnage pour sa monstruosité et sa complexité, mais s’il se trouvait en face de moi je ne ferais pas la fière.
    Dans ce roman notre cher docteur Lecter n’est pas le sujet principal, non, le monstre de ce premier tome à une tout autre dimension. Il se nomme le dragon rouge, un être complexe et tyrannique, habitant au sein d’un homme prisonnier de son passé.
    Ce premier tome nous permet de comprendre la plume de Thomas Harris, d’en comprendre tout l’étendue et la complexité. Ce n’est pas chose aisé de présenté l’horreur de l’âme humaine, mais Harris y est arrivé. 
    La plume de Thomas Harris à une subtilité, une poésie pour décrire le macabre, qui ajoute une touche artistique à l’horreur du roman.
    Ce livre m’a donné des sueurs froides et je ne pouvais pas le lire le soir avant de dormir, mais j’ai aimé ma lecture autant qu’elle m’a dégoûté. 
    Le tome 3 et 4 m’attendent sagement dans ma pile à lire et je me ferais une joie de les ouvrir dès que le tome 2 sera entre mes mains. 

     

  • Drame,  Épouvante-Horreur,  Nouvelles,  Service Presse

    Terminus pour l’humanité

     

     

    Titre : Terminus pour l’humanité

    Auteur : Arnaud Niklaus

    Edition : auto-édité

    Genre : Nouvelles/Epouvante-horreur

    4/5

     

     

     

     


    Synopsis

    Avec Arnaud Niklaus, l’horreur rôde dans les lieux les plus surprenants et prend les formes les plus inattendues. Le mal se cache souvent sous une apparence innocente : le sourire d’une belle-mère, une serveuse sympathique, ou encore un enfant. D’une écriture simple, directe, l’auteur nous fait découvrir de nouveaux territoires, aux confins de l’étrange et du fantastique. Huit nouvelles pour trembler et découvrir toutes les facettes de l’horreur…


    Mon Avis
    C’est le meilleur recueil de nouvelles que j’ai jamais lu. Un mélange parfait entre terreur, frissons et humour noir. Cela faisait très longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait frissonner, je n’ai pas osé le lire le soir avant de m’endormir pour tout vous dire. 
    Ce qu’il y a de particulier dans ce recueil, c’est l’intrigue des nouvelles, quand vous commencez votre lecture tout va bien, mais au fur et à mesure que vous avancé dans l’histoire vous pressentez que ça ne va pas bien se terminer…
    Toutes les nouvelles à une exception près se terminent mal. Par moment, j’ai eu la chair de poule et la fin de certaines nouvelles m’a fait sourire.
    J’aime l’humour noir et on est en pleins de dedans…
    Dans ce recueil, l’auteur nous montre que le mal est partout, il promettait de nous montrer les facettes de l’horreur dans son synopsis et il a tenu sa promesse.
    Il y a une nouvelle dont j’aimerais vous parler, car elle m’a marqué par ce qu’elle dénonçait.
    Elle s’intitule « L’appel aux armes », on y découvre un jeune garçon investit d’une mission, un enfant dont la vision à été biaisé par un nouvel ami sur les réseaux sociaux.
    Dans cette nouvelle, Arnaud Niklaus nous parle de l’endoctrinement d’un jeune garçon qui ne se rend compte que trop tard de ce qu’il s’apprête à commettre. 
    J’ai vraiment été impressionné de la façon dont il décrit les pensées du garçon, de la manière dont sa vision de la civilisation américaine change au fil de l’histoire. Ce qui m’a le plus ému, c’est qu’il n’a que 10 ans. 
    Le plus choquant dans cette nouvelle, c’est le moment où le garçon réalise la véritable porté de sa mission et les conséquences. 
    Beaucoup de nouvelles dans ce recueil ont un sens caché, une signification plus profonde qui se cache derrière les facettes de l’horreur. La peur de vieillir, celle de mourir ou encore la liberté.
    Si vous aimez frissonner, l’humour noir et les histoires qui se finissent mal alors ce recueil de nouvelles va vous plaire !

    L’auteur & le livre

    Facebook : https://www.facebook.com/arnaudniklausecrivain/

    Amazon : https://www.amazon.fr/Arnaud-Niklaus/e/B07CZ214NW/ref=sr_ntt_srch_lnk_1?qid=1532959902&sr=1-1


     

  • Épouvante-Horreur,  Policier/Thriller

    Le marchand de sable va passer

    « J’apprécie les histoires de fantômes, comme n’importe qui d’autre, mais il faut savoir revenir sur terre le moment venu, reprendre pied dans un monde où les ombres sont seulement des ombres, où l’obscurité n’est que l’absence de lumière »

     

    Titre : Le marchand de sable va passer

    Auteur : Andrew Pyper

    Édition : Points

    Genre : Thriller/Horreur

    4/5 (Bien)

     

     


    Synopsis
    « Il était une fois une petite fille hantée par un fantôme. Un monstre, capable de choses monstrueuses, qui venait troubler ses rêves. La petite fille n’avait jamais eu d’ami, mais elle savait pourtant que le monstre n’avait rien d’amical. Elle avait beau prier et essayer de croire ceux qui lui affirmaient que les fantômes n’existent pas, le monstre revenait toujours, lui apportant la preuve que les prières et les souhaits les plus sincères sont à jamais vains. Aussi la petite fille avait-elle décidé de ne parler à personne de son fantôme. 
    Le seul lien, la seule forme d’intimité qu’elle s’autorisait avec lui tenait au nom qu’elle lui avait donné. 
    Le Marchand de Sable

    Mon Avis
    J’ai beaucoup aimé ma lecture du marchand de sable, il m’a tenu en haleine du début jusqu’à la fin. L’angoisse et la peur viennent se mêler pour nous renvoyer à un temps où nous n’étions que des enfants dans l’obscurité, apeurés par le monstre dissimulé sous notre lit. 
    L’histoire commence exactement comme un épisode de série policière, par le crime…
    Ça m’a quelque peu déstabilisé au début de ma lecture, mais j’ai très vite été rattrapé par le suspens de l’intrigue. Ce qui rend cette histoire d’autant plus marquante c’est qu’au départ elle est banale, simple et ne se démarque pas forcément du lot.
    Andrew Pyper amène une réalité, au premier abord très commune, à devenir un drame touchant plus du cauchemar éveillé que d’une enquête de police.
    Je n’ai pas du tout anticiper l’identité du tueur et j’ai été agréablement surprise car il n’est dévoilé qu’a la fin.
    Je ne vous conseil pas de lire ce roman la nuit car l’atmosphère de votre chambre peu très vite devenir oppressante. Ce livre est comme une pomme empoisonnée, il est très bien écrit, l’histoire est intrigante et intéressante, mais attention frisson garantie !

     

  • Épouvante-Horreur,  SF

    Marche ou Crève

    « – Pourquoi ?
    – Pourquoi me le demander à moi ?
    – Parce que tu le sais ! s’exclama Garraty, exaspéré.
    – Bon Dieu, des fois tu me rappelles le mille-pattes d’Alice au pays des merveilles. Ça ne t’arrive jamais de parler, simplement ?« 
    Titre : Marche ou Crève
    Auteur : Richard Bachman alias Stephen King
    Édition : J’ai Lu (1979)
    Genre : Horreur/SF
    5/5 (Excellent)

    Synopsis
    La Marche commence, les secondes se transforment en minutes et les minutes en heures.
     Au départ ils sont 100, à l’arrivée il n’est reste qu’un.
    La Foule les acclame, les regarde, très vite elle devient pour eux une chose de plus à haïr. Eux aussi aimerait s’asseoir et manger tranquillement, mais ils ne peuvent pas. Car s’arrêter pendant la Marche est interdit, s’arrêter pour eux, signifie la mort.

    Mon Avis
    Coup de Cœur de l’année 2017, ce livre m’a bluffé. Je ne m’attendais pas à être autant emporté par l’histoire. Une fois ouvert, je n’ai pas osé refermer le livre de peur que la Marche s’arrête. Teinté d’un mélange d’horreur, de courage et surtout de volonté. Stephen King nous maintient en haleine pendant 320 pages. Nous ne savons pas ce que cette Marche signifie et les personnages non plus, jusqu’à ce qu’il soit trop tard…
    Ce livre m’a rappelé Hunger Games, les spectateur sont là, animés comme nous d’une curiosité morbide, attendant de voir qui tombera le premier.
    Ce qui m’a plus dans ce roman c’est que dès le départ on sait comment tous cela va finir et malgré ça la fin dépasse nos attentes.

     

quis, commodo Lorem venenatis mi, fringilla id ut non suscipit