• Contes,  Jeunesse,  SF

    Les Chroniques Lunaires, tome 2 : Scarlet

    « If you were a gentleman, you would offer to buy me one as well. »

    « If you were a lady, you would have waited for me to make the offer »

     

    Titre : Scarlet

    Auteur : Marissa Meyer

    Édition : PKJ

    Genre : SF/Jeunesse

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    Bien loin de l’asie et du royaume du Prince Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors, qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Wolf, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Wolf croisent la route de Cinder. Ensemble ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser le Prince Kai.


    Mon Avis

    Pour le moment, c’est mon tome préféré de la saga. J’ai beaucoup aimé cette réécriture du petit chaperon rouge qui était la première que je lisais.

    Le conte à été agréablement modernisé, un sweatshirt remplacent la capeline et le personnage principal étant beaucoup moins enfantin.

    La façon dont le loup est représenté est aussi très intéressante, nous avons un homme dont le nom est « loup », mais ce qui est particulier c’est qu’à certains instant le loup devient la petite fille et que la petite fille se comporte comme un loup. Vous voyez ce que je veux dire ?

    C’est comme si la personnalité des personnages changeait pour devenir ce qu’ils ne sont pas. C’était une manière très rafraichissante de reprendre le conte.

    J’ai nettement préféré Scarlet à Cinder, elle a beaucoup plus de caractère, de force, mais on découvre qu’elle peut aussi être passionné et douce. Je pense qu’on peut dire que Scarlet incarne l’héroïne badasse qu’on peut régulièrement trouver dans les romans fantastiques.

    Bien que l’histoire reprenne celle du premier tome (dieu merci ^^’), elle ne se passe pas au même endroit. Dans ce second tome, nous nous retrouvons en france ! Du moins, une partie du roman.

    On retrouve aussi Cinder et comment elle réussi à sortir de la situation dans laquelle elle avait atterri à la fin du premier tome.

    Dans ce second roman, on retrouve aussi une magnifique et impossible histoire d’amour.

    À l’heure actuelle, le tome 3 des chroniques lunaires m’attend dans ma pile à lire et j’ignore quand je vais le commencer. J’ai hâte de découvrir la réécriture et ce qui est arrivé à Scarlet et à Cinder.

    Je vous conseille vivement cette saga si vous ne l’avez pas encore lu, elle vaut le détour !


     

  • Contes,  Jeunesse,  SF

    Les Chroniques Lunaires, tome 1 : Cinder

    « – Je sais que le moment est horriblement mal choisi, mais croyez-moi, c’est une question de vie ou de mort. ( Il prit une grande inspiration.) Accepteriez-vous d’être ma cavalière au bal ?« 

     

    Titre : Cinder

    Auteur : Marissa Meyer

    Édition : PKJ

    Genre : Jeunesse/ SF

    4/5

     

     

     

     

     

     

     


    Synopsis

    A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
    Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
    Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.


    Mon Avis

    Cette saga m’intrigue depuis que je la vois passé sur les chaînes Booktube et sur instagram. J’adore les réécritures de conte et l’idée que chaque tome de la saga s’inspirait d’un conte en particulier me plaisait beaucoup.

    J’ai lu Cinder dans le cadre d’une Lecture Commune et j’ai absolument pas été déçu ! Pour tout vous dire, j’ai ouvert le roman et je ne l’ai reposé qu’une fois terminé.

    J’ai adore le mélange de SF que j’y ai trouvé, le monde des chroniques lunaires est très hightech tout en restant dans quelque chose de classique. Si bien qu’on a aucune difficulté à comprendre certains termes techniques.

    Vous l’aurez compris au titre, ce premier volet s’inspire de cendrillon. Celle-ci est incarné par Cinder qui n’est autre qu’un cyborg, la pantoufle de verre étant ici une prothèse de pied ^^

    J’ai trouvé cette représentation du personnage éponyme des contes de Grimm très innovateur et rafraichissant.  Ça ne m’étonne pas que la saga soit devenue aussi populaire.

    Bien que j’ai beaucoup apprécié Cinder, il y a eu des moments où sa personnalité m’a un peu énervé, surtout lorsqu’elle faisait preuve d’une naïveté absurde alors qu’on sait qu’elle est plus intelligente que ça. 

    Si on se penche sur l’écriture, l’histoire est très bien écrite et facile à comprendre. L’intrigue est fluide et on y trouve de nombreux rebondissements.

    Un autre point qui m’a dérangé, c’est le fait que Cinder est à moitié cyborg et à moitié humaine. Certains moments m’ont un peu dégouté je ne vous le cache pas, rien que le fiat d’imaginé la façon dont on a pu « l’assembler » j’en ai des frissons.

    En terminant le roman, j’ai eu une grosse frayeur, car on finissait sur un cliffhanger et que je ne savais pas si l’on retrouverait Cinder dans le second roman.

    Pour finir, si vous n’avez pas encore lu les Chroniques Lunaires et que vous hésitez, foncez ! Cette saga vaut vraiment le détour surtout pour la réécriture de conte et l’aventure qu’on y retrouve.

    PS : L’auteur à même ajouté certains passages de l’œuvre originale de Cendrillon.


     

  • Contes,  Jeunesse

    Alice au pays des merveilles – illustré par Benjamin Lacombe

    « Scintillez, scintillez, petite pipistrelle
    Qui doucement venez nous frôler de votre aile !
    Dans le crépuscule où, sans bruit, vous voletez,
    Scintillez, scintillez comme un plateau à thé !… »

    Titre : Alice au pays des merveilles

    Auteur : Lewis Carroll

    Édition : Soleil (métamorphose)

    Genre : Contes

    5/5 (Excellent)

     

     


    Synopsis

    Lors d’une après-midi ensoleillé, allongée dans l’herbe avec sa sœur, Alice va voir passer un étrange lapin blanc vêtu d’un gilet et portant une montre à gousset. Curieuse, Alice va suivre cet étrange personnage jusque dans son terrier et va découvrir un nouveau monde où tout va de travers. Les animaux parlent, les mots se mélangent et sa taille change continuellement. Elle va faire la connaissance de divers personnages plus fous les uns que les autres, que ce soit la Reine de Cœur qui tranche la tête à tout le monde où bien un Chat du Cheshire particulièrement souriant.


    Mon Avis
    Ce fut une lecture très agréable.
    À travers les magnifiques illustrations de Benjamin Lacombe, j’ai redécouvert le monde d’Alice et ses personnages. Remplis de détails, ses illustrations nous emmène aux cœur du pays des merveilles.

     

     

    La Alice représentée par Benjamin Lacombe, à quelque chose de sombre et de doux. Avec ce visage, j’ai plus eu la sensation de suivre une petite fille qui commençait à grandir et qui découvrait la maturité. Dans le roman de Lewis Carroll illustré par John Tenniel, je retrouve davantage l’enfant qui rêve, qui imagine.
    Si vous ne l’avez pas déjà deviné, Alice aux pays des Merveilles occupe une place importante dans ma vie, c’est mon coup de cœur d’aujourd’hui et de demain.
    Curieusement, enfant je l’avais lus et avait regardé le Disney et cette histoire loufoque ne m’avait pas plus marqué que cela.
    Ce n’est qu’en relisant le roman en 2010 pour la sorti du film de Tim Burton  que j’ai vraiment été charmé par l’histoire.
    J’adore redécouvrir Alice au pays des Merveilles sous diverses formes. Je suis notamment tombé amoureuse du jeu vidéo : Alice Madness Returns.
    Pour cette lecture, je n’aurais qu’un mauvais point à aborder, le texte.
    Il y a quelques points qui diffère du texte original, mais les très belles illustrations de Benjamin Lacombe compensent largement ce léger désagrément.
     
    Vogue Felis

     

ipsum Donec massa Phasellus et, leo. ut elit.